logo Le moteur de recherche de la télé

Vachement normand


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 9h45 sur France 3

– On va aller voir le salon à côté?
– Ça marche.
– Ça a changé ta manière de travailler?
– Quand on commence à travailler ici, dans sa tête, on n'arrête pas. Quand on fait d'autres chantiers, qu'on démonte de vieux bâtiments, je dis tout de suite à mon collègue: "Ne jette pas ça en l'air, malheureux, ça servira au château".
– Il m'a déjà ramené des portes, de vieux lavabos et robinets que l'on remploie ici car d'autres personnes n'aiment pas mais on les réinstalle car ça s'intègre parfaitement dans le décor.
– Tu es plombier et le brocanteur de la plomberie.
– C'est un peu ça.
– Comme c'est un bâtiment historique, il doit respecter des choses particulières
– En plomberie, pas forcément. Ici, il y a les façades, la menuiserie, la toiture, la charpente, les sols mais pas l'aménagement intérieur. Pour l'électricité et la plomberie, les Monuments historiques ne regardent pas.
– Les artisans sont ravis de participer à la préservation du patrimoine normand. Ils ont la sensation de s'inscrire dans la continuité d'un savoir-faire ancestral. C'est le cas de Mickael, le menuisier du château. Est-ce que c'est un travail qui diffère beaucoup de ce que vous avez l'habitude de réaliser?
– Travailler dans un château, c'est quand même exceptionnel. Nicolas aime ça, moi j'aime l'histoire. C'est travailler quelque chose qu'un menuisier a fait...
– Il y a combien de temps, ça?
– Les années 30, à mon avis.
– Celui-ci, les années 30. La pièce était déjà très abîmée. Celui-ci, c'est XVIIe.
– Le chêne grise comme ça.
– Les artisans bossent ici. Il y a du boulot.
– Un peu tous les jours. Quand c'est pas nous, ce sont eux. Il y a tout le temps du monde qui travaille pour restaurer le château. On va aller s'y mettre un peu, on a du travail.
– Ah, je vais travailler?
– Un petit peu. Tout le monde met la main à la pâte, ici.
– OK. J'y vais.
– Avec Vincent, on rentre dans l'une des plus vieilles chambres du château. C'est une chambre qui a à peu près 150 ans et dont la décoration n'a pas changé. Là, on fait de l'enduit de rebouchage sur les murs, histoire de les lisser et qu'on puisse appliquer de la peinture ou un traitement.