logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 9h20 sur France 5

– Antoine Leiris : Le pointage se fait à l'envers. Je commence la journée à 10 points. Dès que je fais quelque chose mal ou que lui ne veut pas faire, je m'enlevais un point. Aujourd'hui, je ne le fais plus. C'est quelque chose que j'ai verbalisé comme ça. C'est quelque chose que la plupart des parents font le soir, revenir chez soi, s'installer sur le canapé... On a passé une journée à s'occuper des enfants... Pendant un petit moment, on se demande si on a été un bon Est-ce que j'ai donné à l'enfant ce dont il avait besoin? En plus de la note, ily a la question de l'appréciation, qui est quelle volonté j'y ai mise. Ily a toujours des jours où, en tant que parent, on va tout faire bien, mais on n'y aura pas mis ni le coeur ni l'attention. On aura tout fait en temps et en heure, mais il n'y aura pas eu l'investissement qu'il aurait dû y avoir. Ce sont des moments difficiles parce qu'on se rend compte de tout ce qu'on n'a pas fait. Ily a des moments où on se dit qu'on n'a pas eu 10/10, mais qu'on est un papa dans la moyenne, donc ça va. On se rassure.
– Agathe Lecaron : Aujourd'hui, vous arrivez à rater?
– Antoine Leiris : J'arrive à ne pas me noter. Ça s'est terminé à partir du moment où je suis allé voir la pièce de théâtre tirée de mon premier livre. Je me suis dit que ce père auquel j'essaie de ressembler, qui est parfait, qui tient tout, qui se met des appréciations, ce père est un personnage que j'ai vu évoluer sur scène. A partir du moment où ce père existe sur scène par lui-même, continue de vivre dans la voix d'un comédien, je pouvais laisser cette histoire vivre son histoire à elle. J'avais le droit de redevenir approximatif, fatigué, parfois injuste et que ce n'était pas si grave que ça.
– Agathe Lecaron : Ce contrôle permanent est épuisant. Parfois, ily a une grande lassitude qui vous envahit. Vous dites que certains soirs, vous vouliez disparaître comme elle, tout laisser partir... C'est terrible d'avoir cette image de soi. Est-ce que vous avez réussi à surmonter ces moments de désespoir?
– Antoine Leiris : Notre histoire est particulière, avec Melvil.