logo Le moteur de recherche de la télé

Le bébé de Jérôme

Mon histoire vraie


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 9h20 sur TF1

– Elle était sûrement mariée. Son mari avait peut-être écrit cette lettre. Et là, en pensant mariage, j'ai eu l'idée d'aller à l'état civil. Ils pourraient peut-être m'aider.
– Vous êtes consciencieuse, vous.
– Depuis le temps que cette lettre attend.
– J'ai une Françoise Pelletier, née le 2 janvier 1953 dans la commune, qui a épousé... Alain Phillipot...
– Ça pourrait correspondre.
– Il est mort depuis 10 ans. Quant à elle... elle est toujours vivante.
– Vous avez son adresse ?
– Françoise Phillipot habite 5 rue des Dunes quartier Mariveau. A la sortie de la ville. Après le pont.
– Ah oui ! Juste à côté !
– Merci beaucoup, Monsieur. C'est très gentil. J'espère qu'elle sera contente.
– J'en doute pas. Au revoir, merci !
– Bonne journée.
– Ça avait été facile. J'avais bien fait d'aller à la mairie. J'avais son identité complète et son adresse. Du coup, j'ai décidé de lui apporter la lettre moi-même. Elle sonne. Bonjour, Madame.
– Bonjou r.
– Françoise Phillipot-Pelletier ?
– Oui. Et vous êtes ?
– Je travaille au centre de tri.
– J'ai trouvé une lettre perdue.
– Je voulais vous la remettre en main propre. Elle a été postée il y a 41 ans.
– Oui. Ça fait longtemps, mais... vu ce qui est écrit au dos, je me suis dit que vous voudriez la récupérer.
– Ça va, Madame ? Vous voulez vous asseoir ?
– Oui. Entrons. "Ma chère et douce Françoise, "Je t'écris pour t'annoncer une formidable nouvelle. "C'est une occasion unique. "La compagnie a signé pour une tournée mondiale. "On part samedi. "Viens avec moi. Prenons la fuite. Marions-nous. "Je t'attendrai "avec un billet d'avion à ton nom dans notre café habituel. "Je sais que ce que je te demande est difficile. "Si tu ne viens pas, je comprendrai "et je disparaîtrai à jamais. "Mais sache que je t'aimerai toujours." On était tellement amoureux. C'était mon 1er amour.
– Vous aviez quel âge ?
– J'avais 17 ans. Mes parents ne voulaient pas en entendre parler.
– Vous l'aviez connu où ?
– Dans un cours de tango. On en faisait tous les deux. Lui, il passait professionnel. C'était un coup de foudre. Ça a vite été très compliqué.