logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– J'ai parlé avec des gens dans la zone dont on parlait, mais ils ont vu qu'il y avait une différence. Ily a eu une recrudescence des attentats, mais dans certaines zones, ça s'est calmé. Il y a des villages qu'on peut reprendre. Certaines populations remercient l'armée française. Il faut relativiser ce discours orienté et médiatisé. Sur le terrain, la population n'a pas le même son de cloche. Elle voit les Français mais pas l'autorité étatique. On ne laissait plus les enfants sortir, aller au puits, jouer, parce qu'on avait peur. La présence des soldats français rassure.
– Vincent Hugeux : Plus vous vous éloignez des capitales, plus ce rejet de la présence française devient ténu, voire impalpable. Ily a eu des images passionnantes dans le reportage précédent. On voyait les pancartes "groupement des patriotes maliens". Ils ont annoncé avoir lancé une pétition qui a recueilli 8 millions de signatures. Il doit y avoir quelques zéros en trop ou on a fait voter les bébés et les morts! Ils voulaient réclamer une intrusion de la Russie, qui réglerait ça très vite. On est dans une névrose qui est strictement liée à Bamako. Le bouillon de culture de Bamako est très loin du nord du pays. Le sentiment francophobe est un investissement dont le retour est spectaculaire.
– César Roux : C'est plus vendeur que la lutte contre le djihadisme?
– Vincent Hugeux : Oui. Ily a un sentiment d'impuissance intolérable. Ily a une chose terrible. Des cousins, des amis sont exposés. Donc il faut un punching-ball. Il faut pouvoir accuser quelqu'un. Comme on évite d'accuser le gouvernement, le pouvoir, le bouc émissaire idéal est magnifique: la France. C'est comme ça que naissent des rumeurs délirantes. On vous explique sérieusement que la France n'est pas là pour lutter contre le djihadisme mais pour payer l'or du Mali, alors que les sociétés aurifères sont canadiennes, par exemple. On dit qu'on livre des motos aux djihadistes alors que c'est une livraison de l'armée française aux forces maliennes. Quoi que vous fassiez, avec ce terreau... Les Français essaient de trouver la riposte, mais la vraie difficulté...