logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– Elles paient quand même le plus lourd tribut humain à chaque fois. Je vais donner un exemple simple. J'ai vu un haut responsable de la diplomatie française, ce matin. On sait qu'on envoie au casse-pipe des gens qui restent 10 mois sur place, sans relève, qui sont sous-payés, pendant que les officiers restent planqués à l'arrière. Certains sont en civil sous leur treillis pour se délester de l'uniforme et partir en courant si l'adversité devient meurtrière.
– César Roux : Nous en envoyons 220 nouveaux.
– Vincent Hugeux : C'est en renfort de Barkhane. On parle des difficultés d'adaptation d'armées mal préparées, mal équipées...
– César Roux : C'est dans ce contexte qu'on envoie nos soldats.
– Vincent Hugeux : L'idée avec laquelle a joué E.Macron, pour une raison tactique... On n'a jamais envisagé le retrait bête et brutal ou de multiplier les effectifs par 3.
– César Roux : Les djihadistes ont été fragilisés par la présence de soldats français et de ces armées, même si elles ne sont pas suffisamment compétentes? On fait régulièrement des bilans de Barkhane. Dans d'autres émissions, on a dit qu'on avait fait reculer certaines positions.
– Ida Dufour : Tout dépend de quoi on parle. Ily a une capacité de nuisance. Je pense aux engins explosifs improvisés. Ils ont mis 2 ans avant de refaire des attaques capables de taper nos véhicules. Pour une armée constituée, le plus facile... C'est structure contre structure. L'adversaire est implanté dans un terrain. Vous envoyez des hommes. Vous ratissez. C'est long, coûteux et ça fait des pertes, mais on sait faire. Avec des groupes djihadistes implantés dans les populations, qui naviguent d'un pays à l'autre, qui jouent des allégeances des uns et des autres, c'est plus compliqué pour une armée comme l'armée française, surtout avec 4500 hommes sur un territoire immense.
– César Roux : Daech et Al Qaïda sont sur le terrain?
– E.Bouvier: Concrètement, oui. Il y a la formation des soldats sur place. Les Américains ont tenté de le faire avant. On recommence depuis plusieurs années. Ça ne fonctionne pas. On a toujours des soldats sous-équipés et sous-motivés.