logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– Il n'y a plus d'appui aérien. Idem pour le sud de l'Euphrate en Syrie. Les opérations sont plus compliquées qu'au nord de l'Euphrate. C'est l'appui aérien américain. Du moment où les Américains disent qu'ils se désengagent, au sol sont directes.
– César Roux : Ça veut dire que les djihadistes gagnent du terrain?
– Wassim Nasr : Ils ont le temps. Ils attendent que cette coalition hétéroclite se délite.
– César Roux : Ce n'est pas ce qui est en train de se passer?
– Wassim Nasr : C'est ce qui se passe. Ça a commencé à Kirkouk. On a vu l'intervention turque Ily a eu l'affaire de Soleimani. La coalition arrête ses opérations et on voit. Ce ne sont pas des gens qui viennent d'ailleurs. Leurs griefs sont réels. Ily a des millions de personnes parquées dans des camps en Irak et en Syrie. Ils attendent que la pression militaire baisse pour que ceux qui ont aujourd'hui 10 ou 11 ans prennent les armes.
– César Roux : Est-ce que ces zones redeviennent attractives pour les djihadistes installés en Europe? A un moment donné, on expliquait que comme ily avait une coalition qui faisait bien son travail, c'était une zone qui n'était plus attractive pour les djihadistes.
– Wassim Nasr : Ily a l'aspect religieux de la Syrie qui n'a pas lieu d'être aujourd'hui en Afrique. Les djihadistes occidentaux qui ont rejoint le Levant sont des citadins. C'est une chose. Rejoindre le désert, c'est autre chose. On a vu des djihadistes irakiens et syriens quitter le nord de l'Euphrate pour le désert syrien. Ils disaient que ça allait être très dur mais que c'était là-bas qu'ils allaient pouvoir proliférer car il n'y avait pas la coalition au-dessus de leurs têtes. Comme l'Afghanistan était moins attirant que le Levant, le Sahel est moins attirant.
– E.Bouvier: Les Européens ne peuvent pas se rendre sur place. C'est compliqué en termes de sécurité. Nos douaniers font le boulot. Ily a un vrai impact financier encore aujourd'hui. Ily a des envois d'argent réguliers et des gens libérés. On parlait de toutes ces femmes, ces hommes et enfants incarcérés en Syrie et en Irak. La demande sur les réseaux sociaux djihadistes, c'est d'envoyer de l'argent et de libérer les frères et soeurs.