logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 1h15 sur France 5

– Tanguy Pastureau : On ne m'a rien interdit. J'en ai parlé comme ça. J'ai introduit son nom dans plusieurs chroniques. Je l'ai découpé en petits morceaux. Je n'ai pas eu de consignes. On ne m'a rien dit.
– A.-E.Lemoine: Il a raison, sur le fond?
– Tanguy Pastureau : Il a raison en règle
– A.-E.Lemoine: La dictature du rire.
– Tanguy Pastureau : On est 2000 humoristes. Ily en a partout.
– A.-E.Lemoine: Retirez-vous!
– Tanguy Pastureau : C'est terminé!
– A.-E.Lemoine: Vous devenez quoi?
– Tanguy Pastureau : Il faut peut-être que je m'accroche.
– A.-E.Lemoine: "Capacité étonnante à fabriquer de la blague au kilomètre". En tout cas, vous lui succédez, et ça va faire de vous une star. C'est votre pire cauchemar.
– C'est formidable d'être une star.
– Tanguy Pastureau : Je n'en sais rien. Je suis aimé par 3 ou 4 profs bretons qui se sont laissé pousser les poils. Quand on m'arrête dans la rue, c'est pour me dire qu'on m'a vu quelque part mais on ne sait plus trop où. Du coup, je signe "A.Soral" quand je fais des autographes. Un jour, j'ai mis une natte comme G.Thunberg.
– A.-E.Lemoine: Ce n'est pas vrai.
– Tanguy Pastureau : Je signe n'importe quoi. Je signe "C.Féraud". Dans la rue, on n'est pas reconnu. On est beaucoup trop d'humoristes. Aujourd'hui, on est beaucoup d'humoristes. On ne voit pas trop qui est qui. Le star-system est devenu énorme. Avant, il y avait 20 ou 30 grosses stars. Maintenant, ily en a 2000 ou 3000.
– Antoine Genton : Un léger manque de notoriété. Ça s'est illustré lorsque L'Obs vous a consacré un portrait ily a un peu plus d'un an. Ils avaient mis la photo d'un jeune homme, mais pas vous! Vous aviez tweeté.
– Tanguy Pastureau : Exactement.
– Antoine Genton : C'est G.Ascher, animateur sur RTL 2. Le directeur de l'information de RTL vous a appelé. Au final, L'Obs s'est excusé. Vous étés devenu la célébrité des réseaux sociaux pour une demi-journée.
– Tanguy Pastureau : Oui. C'était marrant. On en a ri. A l'époque, j'étais chez Ardisson. G.Ascher est venu à ma place. Je suis arrivé derrière en disant: "Tu me piques tout." Je lui ai donné ma vie, en quelque sorte. C'était une erreur.