logo Le moteur de recherche de la télé

Débat


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 0h30 sur France 2

– Quand ni les associations, ni les pouvoirs publics, ni les hébergeurs bénévoles ne les prennent en charge, des gens malveillants, des réseaux, savent les prendre en charge ! C'est la traite des êtres humains.
– Oui.
– La prostitution ? Y a aussi de la délinquance forcée. Hélas, rien n'est mis en place. A Paris, il existe des choses pour les "mijeurs" qui sont scolarisés. Là, on a accès à des dispositifs instaurés par la Mairie de Paris, mais ça reste dur d'être scolarisé quand on n'est pas pris en charge. C'est un cercle vicieux pour les dissuader de rester.
– Pourquoi le système de protection de l'enfance est-il défaillant à certains égards, actuellement, même s'il ne l'est pas totalement?
– Pour les mineurs étrangers, le système est assez soupçonneux. On va prouver qu'ils mentent avant de savoir s'ils sont mineurs. Les dispositifs et les situations d'entretien ou d'évaluation vont rarement être au bénéfice du jeune. On va leur opposer leur discours, leur récit de vie, leur soi-disant maturité, leur comportement... Ce système extrêmement complexe est parfois bien mis en oeuvre, parfois mal mis en oeuvre. Enormément de jeunes, c'est sûr, quand ils arrivent en France, ont une forme d'épuisement qui fait que pour raconter leur vie et prouver leur identité, les conditions ne sont pas idéales.
– Il y a la peur, aussi...
– Ils ignorent où ils vont. Mais si on faisait ces entretiens plus tard, après leur avoir assuré un toit, un repas, une bonne nuit, les entretiens seraient différents. Tout le monde est dans une urgence. Tous les jeunes ne sont pas chez des particuliers, loin s'en faut ! Plein de mineurs qui sont à la rue ne seront jamais pris en charge. Certains vont se déclarer majeurs avant de l'être en espérant accéder à un soutien ou à un hébergement...
– Quels sont les leviers des avocats pour intervenir auprès d'eux ?
– Dans ce film, on ne voit pas les avocats. On voit les logeurs...
– D'où ma question !
– Je vous en remercie. On est là dans un domaine civil de l'assistance éducative. La présence de l'avocat n'est pas obligatoire.