logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le mercredi 15 janvier 2020 à 0h00 sur France 5

– Diane Dufresne : Il n'y a pas de service pour le faire. 2e chose... Pendant des mois, pendant un an et demi, vous, les télévisions... Quoique vous, vous avez montré des choses... Je vous surveille. Globalement, ces violences policières étaient totalement niées dans les médias et politiquement. La préfecture de police commence timidement à faire de la réponse. C'est pathétique. La République, ce n'est pas la loi du talion. Ce n'est pas un oeil perdu contre un crachat. Si on en est là, c'est navrant.
– A.-E.Lemoine: C'est pour faire part d'une réalité.
– Diane Dufresne : Bien sûr. Cette réalité, personne ne la nie. Elle est à longueur de temps sur les chaînes d'info en continu. Ça a été dit, montré et démontré. Il fallait rétablir l'équilibre.
– A.-E.Lemoine: Merci. Vos points de vue diffèrent. "Dernière sommation" et "La Haine dans les yeux" sont disponibles. Restez avec nous pour évoquer le reste de l'actualité, dans un autre registre. 2 heures et 30 minutes de discussion constructive et un communiqué de la reine pour sortir de la tourmente. Tout cela a été analysé sur les plateaux de télé en Grande-Bretagne.
– A.-E.Lemoine: 5 jours après l'annonce coup de tonnerre de Meghan et Harry, la crise du Megxit est-elle réglée? On en parle avec V.Meylan. Vous allez réagir, messieurs! Enfin, peut-être! Bonsoir et merci de votre présence. On revient sur ce que certains qualifient de "extraordinaire concession"...
– V.Meylan: On se marre, à Point de vue!
– A.-E.Lemoine: La reine s'est montrée compréhensive envers le souhait de ce couple. D'abord, parlons des coulisses. Une réunion de crise convoquée hier par la reine, dans une résidence royale informelle. Le prince Charles était également de la partie. A 13h45, tout le monde dans la grande bibliothèque du château. Il y avait une immense table. C'était un huis clos?
– V.Meylan: Sans doute pas. On connaît tous les détails. On sait à quelle heure ça s'est passé, ce qu'ils ont mangé... Certains médias britanniques ont dû donner de l'argent à des membres du personnel. Ce n'était pas un huis clos respecté.