logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 9h10 sur France 2

– On ne sait plus trop quand ça commence et quand ça finit.
– Ce que je te demande, pour commencer, c'est juste un truc: apprends à résister. Quelles ques soient les raisons pour lesquelles on t'agresse, ne te soumets pas.
– Joël Pommerat : Moi, j'ai parlé d'enfance, pas d'adolescence, finalement. Comment représenter des enfants La différence avec le cinéma, c'est qu'au théâtre, on ne peut pas engager des enfants. Le temps de travail est beaucoup plus long. On répète des semaines, des mois. On ne peut pas faire ça avec des enfants qui doivent aller Après, on tourne pendant des mois, des années. Si on engage un enfant, ça veut dire qu'il aura grandi de 3 à 4 ans entre le début et la fin de la tournée. Ce n'est pas possible. Il ne sera plus un enfant, peut-être. Quand on veut incarner des enfants au théâtre, il faut tricher.
– Oh, tu fais quoi, là? Brouhaha.
– Ça va, ça va. Va là-bas!
– Joël Pommerat : Comment on fait pour incarner un enfant alors qu'on est un adulte? C'est une question de théâtre.
– Tu aurais envie qu'on fasse quelque chose, dans l'absolu?
– Ouais, peut-être. Avec moi, tu es sûr?
– Ben ouais, pourquoi? Je te trouve mignonne.
– Sérieux?
– Tu es tranquille.
– Joël Pommerat : Je voulais voir de vrais enfants vivre sous mes yeux, avoir des interactions entre eux. J'ai essayé de réaliser ce fantasme artistique. Tant mieux si le public, à la sortie, vient nous voir et dit: "Ça doit être galère de travailler avec des gosses de 13 ou 14 ans. Ils doivent être un peu difficiles Et qu'on leur dise: "Non, ce sont des adultes." Le but n'est pas d'épater les gens, mais de faire en sorte que, pendant 1 heure 30, c'est comme s'il y avait de vrais gosses.
– On en entend certains glorifier la confusion entre le masculin et le féminin. Selon vous, c'est quoi, les grands principes de cette masculinité?
– La hargne.
– Pas tout à fait.
– Les couilles.
– Cest-à-dire?
– Le courage.
– Ouais. Et encore?
– Les muscles.
– Jérôme Cassou : Tu es l'auteur du texte que les acteurs disent. C'est une exigence supplémentaire. Tu veux entendre ta langue.