logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

– Nous ne voulons pas changer le pays pour faire baisser la France de madame Le Pen, même si nous en serions très heureux, mais pour lui apporter des progrès. La réforme des retraites apporte des progrès pour les populations les plus fragiles et les plus vulnérables de notre pays, dont madame Le Pen se contrefiche et n'a jamais pris la défense, sur les petites retraites, les carrières hachées...
– César Roux : 500 millions d'euros pour la hausse des salaires des enseignants, pour compenser les effets de la future réforme des retraites.
– Gilles Le Gendre : Je suis heureux que cette négociation avance. J.-M.Blanquer avait promis de nourrir cette discussion avec les syndicats d'enseignants. 500 millions, c'est un début. Nous avons toujours dit que cela se ferait progressivement. La promesse initiale sera tenue.
– César Roux : Comprenez-vous la colère de certains députés très remontés parce qu'on va leur demander de se prononcer sur un texte qui engage des millions de Français, mais qui est à trous?
– Gilles Le Gendre : Qu'est-ce que c'est, un texte à trous?
– César Roux : C'est un texte qui ne comprend pas la partie de la réforme financière, qui sera renvoyée à plus tard. On va leur demander de voter un texte alors même que le volet financier sera validé à la fin du mois d'avril. Ils sont un peu remontés.
– Gilles Le Gendre : Je ne suis pas sûr que les députés de la majorité soient remontés.
– César Roux : Forcément!
– Gilles Le Gendre : Ça n'était pas joué, cet accord politique. J'ai toujours dit au Premier ministre et au gouvernement qu'en l'absence d'accord politique, la discussion au Parlement serait difficile, y compris pour la majorité.
– César Roux : Elle sera facile, là?
– Gilles Le Gendre : Pour la majorité, oui. Nous allons nous engager dans une réforme engagée sur une assise politique solide. 90 % de la réforme est un texte que nous allons voter, qui est stabilisé, définitif. La seule chose sanctuarisée, c'est la question du financement.
– César Roux : Ce n'est pas rien. Avouez-le.
– Gilles Le Gendre : C'est très bien que ce soient les partenaires sociaux à qui nous confiions la responsabilité de trouver les solutions du financement.