logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

–  C.Roux: Personne ne dit ça. Vous dites au ministre de l'Intérieur qu'il)! a urgence? Il avait promis une remise à plat de la stratégie en matière de maintien de l'ordre. C'est maintenant.
– Gilles Le Gendre : Il a commencé à le faire. Ce n'est pas parce que, de temps en temps... Nous sommes choqués, nous ne voulons pas les banaliser. Ce n'est pas parce que certains actes de cette nature existent qu'il n'y a pas eu de progrès. Il y a eu des violences terribles à chaque manifestation l'année dernière. Elles sont aujourd'hui maîtrisées et contenues. C'est un progrès. C'est passé par une mobilisation et une formation différente des forces de l'ordre.
– César Roux : Est-ce qu'on touche à la fin de ce conflit social?
– Gilles Le Gendre : Je le crois et je le souhaite. Je vois les trains, les métros qui recommencent à fonctionner. Je le souhaite, car comme l'a dit le Premier ministre, il faut savoir terminer une grève. Tous les éléments sont en place pour que cette grève se termine, et notamment le fait qu'aucun gréviste ne puisse aujourd'hui se sentir humilié par la manière dont se conclut ce conflit.
– César Roux : Y compris ceux qui demandent le retrait du texte?
– Gilles Le Gendre : C'était une revendication excessive, jusqu'au-boutiste, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'ont rien obtenu. A la SNCF et à la RATP, ils n'ont pas obtenu la fin des régimes spéciaux. Nous avions été très clairs là-dessus. Des négociations ont eu lieu dans chacune de ces entreprises pour que la convergence vers ce régime universel que nous souhaitons mettre en place, et qu'aucun des salariés de la SNCF ou de la RATP n'ait à perdre, dans cette réforme. Cette garantie leur est accordée.
– César Roux : M.Le Pen explique que les syndicats réformistes sont les idiots utiles du macronisme. "Tout cela est une manoeuvre qui a été organisée avec les syndicats comme la CFDT et l'Unsa de la part du gouvernement." Que lui répondez-vous?
– Gilles Le Gendre : Elle est constamment dans le fantasme. Elle veut une réalité conflictuelle et surtout que rien ne change. Si les choses changent dans notre pays, elle risque de perdre des voix et de l'influence.