logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

– Il y a quelques années, des événements comme ceux-ci auraient provoqué beaucoup plus de bruit, d'indignation. L'indignation est mauvaise conseillère. C'est l'action, qu'il faut.
– César Roux : Et les mots. Parler de violences policières, ça vous choque?
– Gilles Le Gendre : Peu importe. Ce qui compte, c'est la manière dont on va au coeur de ce problème et qu'on se pose les bonnes questions. Pourquoi en est-on là? Vous auriez aussi pu citer le policier qui s'est fait renverser...
– César Roux : J'allais le faire.
– Gilles Le Gendre : Il s'est fait percuter par un fourgon volontairement. Vous auriez pu citer l'augmentation des suicides dans la police Cela veut bien dire qu'il y a, autour du maintien de l'ordre, un certain nombre de questions que nous devons nous poser, et que nous nous posons, et que C.Castaner se pose, pour répondre à cet enjeu de maintien de l'ordre, qui passe par 2 choses: mettre fin à des violences inacceptables et qui n'existaient pas avant.
– César Roux : François Sureau dit: "Le monopole de la violence légitime ne peut s'exercer n'importe comment."
– Gilles Le Gendre : On est d'accord. C.Castaner explique que toutes les répliques aux violences doivent être proportionnées. Nous devons simplement nous mettre dans la situation où se trouvent les forces de police quand elles ont affaire à des violences qui prennent des proportions délirantes.
– César Roux : Ils sont à bout, c'est ce que vous dites?
– Gilles Le Gendre : Oui. On leur donne notre sympathie. Le vrai sujet, c'est le maintien de l'ordre qui a changé de nature. Nous devons nous adapter, former les forces de police différemment. Nous devons prendre des précautions pour que des actes comme ceux que vous avez pointés n'existent pas. Nous devons avoir une vision équilibrée des choses, responsable.
– César Roux : Pourquoi parler de caricature?
– Gilles Le Gendre : Je ne veux pas que, parce qu'il y a éventuellement des actes qui méritent d'être sanctionnés, et je vous signale d'ailleurs que celui que vous avez mentionné, la justice s'en est saisie... Nous ne pouvons pas dire que toute la police est en train de sombrer dans un comportement violent ou non maîtrisé.