logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 2h25 sur TF1

– Ce bébé était métis. C'était pas mon enfant. J'ai pensé au sermon de ma mère sur la réputation de Marine. Qui était le père ?
– Si elle t'avait pas trompé avec un Noir, tu saurais rien.
– T'es ignoble.
– Je t'avais dit que c'était une Marie-couche-toi-là. Tu vas faire quoi ?
– Trouver ce salaud.
– Ça servira à quoi ? Tire un trait. Oublie cette femme, Jérôme.
– Je veux savoir.
– Ça changera rien.
– Si c'était JB ?
– Ça peut être n'importe qui.
– C'est lui ! Comment t'as pu ? Le petit est métis ! J'en connais qu'un : toi !
– C'est quoi, ces salades ?
– T'es un enfoiré !
– C'est pas moi, le père. Ta mère le sait.
– La mêle pas àça!
– Dis-lui. T'as toujours voulu rayer cette partie de ta généalogie. Dis-lui, Jeanne. Je vais te le dire. On a la même arrière-grand-mère. Alphonsine. On est cousins. Elle a eu 2 enfants avec un Noir. Ça a laissé des traces. Moi, d'abord. Et maintenant, Baptiste.
– Je te crois pas. Dis quelque chose !
– Ton père était plus cool. Il m'a embauché, mais pour faire plaisir à ta mère, je devais rien te dire.
– On est cousins ? Maman, pourquoi tu m'as jamais dit ça ?
– Si ! Tu m'as laissé douter de ma femme !
– Tout de suite les grands mots !
– J'épouserai Marine. Présente-lui tes excuses. JB... je suis désolé. On a failli devenir fou, mais avec l'arrivée de Baptiste, ma mère a accepté Marine et je me suis trouvé un cousin. Grâce à ce bébé, ma mère a reconnu JB comme un membre de notre famille. Quand Baptiste sera grand, je lui raconterai une histoire de famille qui en a vu de toutes les couleurs. Sous-titrage : NICE FELLOW
– A gauche, c'est un raccourci.
– Oui.
– Puis tout droit et c'est la 1re à droite. Vite !
– Allons, ils ont le temps à la maison de retraite.
– C'est pas ça, ma mère a disparu ! Voilà, on y est. M. Martin, vous l'avez retrouvée ?
– Non, on la cherche depuis 6h ce matin, en vain.
– Elle a pas pu disparaître ! Elle a 71 ans, elle peut pas s'évaporer dans la nature. J'étais terrorisée. j'imaginais ma mère seule en plein hiver. Elle risquait de mourir. Générique de "Mon histoire vraie" Je m'appelle Gabrielle et voici mon histoire.