logo Le moteur de recherche de la télé

Affaire conclue, le duel des brocantes


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 21h05 sur France 2

capture
– C'est un montant assez élevé. J'ai fait confiance à Caroline. Je suis impatiente d'entendre ce que va nous dire Harold.
– Sophie Davant : Cette pendule, vous l'avez payée très cher.
– Caroline Margeridon : C'était un peu culotté. Je ne trouve pas qu'on l'ait payée super cher.
– A.-C.Verwaerde: Je dis juste qu'à 4000 euros, c'est un investissement important.
– Sophie Davant : Vous espérez la vendre plus cher que ça?
capture
– Caroline Margeridon : J'en suis convaincue.
– Sophie Davant : Expertise d'Harold.
– Helen Hessel : Bravo. C'est une pendule Les dimensions sont très importantes. C'est donc quelque chose d'un peu rare. Les formes générales de cette pendule, très rectilignes, C'est typique de l'époque de Louis XVI. On va retrouver le répertoire ornemental de l'époque. Dans la partie supérieure, vous avez une urne recouverte d'un bouquet de fleurs. Ici, une draperie festonnée. Vous avez les rinceaux feuillagés, typiquement Louis XVI. Vous avez aussi ces petits angelots, charmants, qui symbolisent les saisons. Ici, l'été avec sa faucille, l'automne avec ses grappes de raisin. Sur le socle se poursuit ce répertoire décoratif gracieux avec tous ces petits enfants, des enfants musiciens... Un répertoire tout à fait charmant et caractéristique
– Caroline Margeridon : Et le balancier.
– Helen Hessel : En forme de soleil. Il faut également mentionner ce cadran. Il porte une signature, "Robin à Paris". Il faut savoir que Robert Robin était un très grand horloger Il a notamment réalisé des pendules importantes qui ont été livrées à Marie-Antoinette, au château de Fontainebleau, aux Tuileries. R.Robin, c'est une très grande signature.
– Sophie Davant : Le marbre?
– Helen Hessel : C'est du marbre rouge griotte, Ça fait quelque chose de très réussi Il faut mentionner tout de même que c'est une pendule un peu accidentée.
– Caroline Margeridon : On l'a vu. Il y a une chose qui m'interpelle...
– Caroline Margeridon : Le cadran?
– Helen Hessel : Il est impeccable. Souvent, les pendules de cette époque, comme il fallait les remonter à l'aide de clés et que certaines personnes maladroites ne visaient pas très bien, il y avait généralement des petits éclats autour de la partie circulaire.
capture