logo Le moteur de recherche de la télé

Qui a peur de Huawei ?


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 20h50 sur France 5

capture
– Ce dont on est sûrs, c'est que le fondateur de Huawei a bien servi dans l'armée chinoise. Certains pensent que les 1ers contrats qu'il a signés en tant que patron de Huawei, étaient avec l'armée. Comme un coup de pouce de la part de l'Etat.
– Le risque, c'est que les autorités chinoises utilisent cette proximité pour obtenir l'accès aux équipements Huawei. Ou en profitent pour insérer des logiciels malveillants dans ses produits.
capture
– M. Ren a servi dans l'unité ingénierie de l'armée, où ily avait des millions de soldats. Si on suit la logique de nos détracteurs, ça voudrait dire que ces millions de gens seraient restés liés au gouvernement chinois. Que dire d'autre ? M. Ren fait partie des anciens ingénieurs de l'armée qui ont fini leur service pour débuter une nouvelle carrière. L'Occident devrait être capable de comprendre ça. Son histoire montre que Huawei est le produit d'une Chine qui s'est réformée pour rentrer dans l'économie de marché.
– Pour sa défense, Huawei assure aussi être une entreprise totalement privée. En aucun cas détenue par l'Etat. Ren Zhengfei détient une infime partie de la société. Le reste est partagé entre les salariés.
– Notre fondateur détient aujourd'hui 1,4 % des actions. La société est gérée complètement par 90 000 employés. Moi, je suis aussi un tout petit actionnaire de Huawei, mais on partage chaque année des dividendes.
– Si c'était une société pourquoi l'Etat chinois aurait-il réagi par des mesures de représailles quand la fille du fondateur a été arrêtée au Canada ? C'est pas totalement privé.
Elle a des intérêts qui sont considérés comme des intérêts d'Etat. En France, c'est à peu près la même chose. Si vous prenez des sociétés comme Thalès, par exemple, ou Safran, ou Dassault, ce sont des sociétés privées, des sociétés indépendantes. Il n'empêche qu'on sait qu'il y a des liens forts avec l'Etat.
capture