logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 20h20 sur France 5

capture
– On va l'écouter parler. On adore écouter F.Sagan. C'est une archive de 1959.
– Vous avez affirmé à plusieurs reprises, non seulement dans vos livres mais aussi dans les interviews, que vous ne croyiez pas à la durée en amour.
– Ce n'est pas que je n'y crois pas, c'est que je crois qu'une histoire d'amour est très rarement longue et entière.
Je crois que beaucoup de gens vivent ensemble par fatigue, par habitude, par absence de vitalité. C'est tout. Je crois qu'une histoire d'amour qui dure est une des choses les plus souhaitables qu'on puisse imaginer.
– Ça existe?
capture
– Je connais très peu d'exemples. Je suis sûre
– Ça doit exister, oui.
– Avec un peu de désabusement.
– C'est un charme et une écriture que j'ai toujours admirés, qui viennent de toute l'histoire littéraire, dé la légèreté et dé la mélancolie, dé chez Mussét, de Benjamin Constant.
C'était un grand honneur de la croiser. Je l'ai à peine connue à la fin de sa vie grâce à un ami commun, Gérald Nanty, qui avait organisé un dîner chez lui. Je me souviens que le fait qu'elle ait lu "L'Amour dure trois ans" m'avait...
– Bouleversé.
– Oui. A ce moment-là, je me suis dit que j'avais atteint quelque chose, un but, que tous les prix littéraires ne suffirontjamais à... Un manque que l'on n'arrive jamais à combler.
– Ily a eu quand même 2 prix littéraires. La période dont on parle, de liberté, de permissivité, sur laquelle on revient aujourd'hui, n'était-elle pas synonyme de dérapages, d'excès? On le voit avec l'exemple de Gabriel Matzneff qui a longtemps dans des émissions littéraires, que vous avez couronné du prix Interallié... Renaudot essai. Vous étiez dans le jury. C'était en 2013. Est-ce que c'est mieux aujourd'hui, ce retour à la morale?
– C'est une question très complexe. Evidemment, on n'a pas envie que la littérature devienne obligatoirement morale. Si les romans devaient dire le bien et combattre le mal, il faudrait arrêter, ce serait sinistre. Oscar Wilde, dans sa préface du "Portrait de Dorian Gray", dit: "Il n'y a pas de romans moraux ou immoraux mais que des livres biens ou mal écrits".
capture