logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

Journal 20h00


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 20h00 sur France 2

– Je pense qu'on est arrivés au bout de ce système.
– Pas de réponse d'A.Buzyn mais son cabinet assure une délégation de médecins démissionnaires.
– Julian Bugier : La réforme des retraites, suite... Comment prendre en compte la pénibilité dans la fonction publique? Plus d'un million de Français sont potentiellement concernés. La question était au coeur des négociations entre la ministre du Travail et les partenaires sociaux. Travail de nuit, charges lourdes... Comment définir la pénibilité? Quels métiers pourront en profiter?
– Ils sont éboueurs, infirmières, aides-soignants ou égoutiers, des fonctionnaires travaillant dans des conditions pénibles et classés dans ce qu'on appelle la catégorie active. Actuellement, ils peuvent partir à la retraite de façon anticipée à 57 ou 52 ans, selon les cas. Avec le projet de réforme, mis à part les fonctionnaires en uniforme, comme les policiers ou les pompiers, c'est la fin Retraite donc à 62 ans. L.Darbon est éboueur à Paris depuis 26 ans. Ce matin, avec des collègues, il bloque l'accès d'un incinérateur de déchets pour protester contre la réforme des retraites. Selon lui, la pénibilité de son métier doit continuer à être reconnue.
– Le froid, la neige... Il peut faire
– 10 ou
– 20, on est toujours dehors. Ça fatigue beaucoup. Au niveau de la manipulation, au bout de 15 ans de benne, on est mort.
– Pour compenser en partie ce qu'ils perdent, la pénibilité du travail des fonctionnaires sera prise en compte comme dans le privé. Il existe 6 critères: le travail de nuit, en équipes successives, les tâches répétitives, en milieu bruyant, par des températures extrêmes ou sous l'eau. Les fonctionnaires concernés par ces critères pourront gagner 2 ans sur leur départ en retraite, donc partir à 60 ans. Cette infirmière réclame que d'autres critères récemment supprimés soient réintégrés.
– Le gouvernement a retiré plusieurs critères, dont le port de charges lourdes, qui est une des pénibilités majeures, et le contact avec les produits chimiques.
– D'après les syndicats, 200 000 à 300 000 agents seront lésés, un chiffre contesté par le gouvernement.