logo Le moteur de recherche de la télé

Affaire conclue, tout le monde a quelque chose à vendre


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 17h05 sur France 2

capture
– Sophie Davant : Vous vous rendez compte? Quel honneur. Merci à vous, franchement. Vous êtes le spécialiste des plaques émaillées, Jérôme.
– J.Duvillard: Il semblerait. C'est un marché qui a été très actif parmi les collectionneurs. C'est un peu moins vrai maintenant, mais ça reste dynamique. On a une plaque émaillée double face.
– Sophie Davant : C'est un vrai plus.
– J.Duvillard: Disons un plus. Après, c'est plutôt le sujet et la plaque elle-même. Il y a des plaques monoface de certaines marques publicitaires qui atteignent des sommets. Là, c'est pour la pile Wonder.
Vu la forme de la pile, c'est sûrement avant-guerre, fin des années 30. Ce n'est pas forcément la plus recherchée. En plus, l'état est un peu avancé. Il y a des manques et de la rouille. Ce qui est intéressant pour cette marque, c'est que l'origine de cette usine de piles n'a rien à voir avec ce à quoi on pourrait s'attendre. C'est une antiquaire qui a créé ça au début du XXe siècle. C'est madame Courtecuisse qui a créé cette entreprise juste à côté, à Saint-Ouen. Elle a déposé des petits brevets concernant des batteries à sel, les piles de l'époque. C'était pour alimenter les outils électriques plus ou moins portatifs. Ça s'est remarquablement développé. Wonder, c'était au début du XXe siècle. On anglicisait les choses pour faire moderne.
capture
– Sophie Davant : Vous l'avez payée combien?
– Jean-Luc: 10 euros.
– Sophie Davant : Vous n'êtes pas venu pour l'argent.
– Jean-Luc: Non, je m'en doute.
– J.Duvillard: On sera sur un prix autour de 50 euros sur le marché, pour une plaque double face dans cet état.
– Sophie Davant : C'est mieux que 10 euros.
– Jean-Luc: Oui, c'est bien.
– Sophie Davant : 50 euros. Merci d'être venu et de nous être aussi fidèle. La salle des ventes se trouve là-bas. Au revoir.
capture