logo Le moteur de recherche de la télé

Iran, les derniers grands nomades


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 15h35 sur France 5

– De plus en plus, la famille de la mariée protège le visage de la jeune femme afin qu'elle ne soit pas vue ou photographiée. Une tendance récente. Dans d'autres mariages, la danse du bâton occupe une place importante. Un jeu d'adresse où il s'agit de fouetter les chevilles de son adversaire avec un bâton. Le mariage le plus curieux sera celui de Fariborz, futur maire de Chelgerd. Il se marie en ville, à Shahre kord, car sa femme est une citadine, tout en conservant les coutumes. On n'apercevra sa femme que brièvement avant qu'elle ne s'engouffre dans un bâtiment clos réservé aux femmes et aux enfants. On ne la reverra plus. Farzad devra patienter plusieurs heures avant de pouvoir féliciter Fariborz tout seul, sans son épouse.
– Mon grand-père était un grand chef de tribu, très exigeant. La tradition était de séparer hommes et femmes quelle que soit la nature de la manifestation. On continue à le faire pour mon mariage.
– Le père de Farzad, le khan, habite désormais en ville, dans un bel appartement. Ses femmes continuent à cuisiner à même le sol.
– Quand on était nomades, on était les rois du monde. Mais là, on vit en ville. On n'est plus rien. On discutait parfois avec une centaine de personnes autour de nous. Ily avait du monde qui nous suivait.
– A Chelgerd, les caravanes sont en train de repartir par les cols vers le Sud, toujours moins nombreuses. Les camions ont repris leur ronde où on entasse pêle-mêle bétail, mobilier, femmes et enfants.
– D'ici 10 ans, le nombre de nomades va encore sérieusement diminuer. Le mode de vie a change et ily a aujourd'hui de plus en plus de routes On ignore ce qui va se passer, mais les nomades vont continuer à bouger et à se déplacer. Mais l'avenir reste incertain. Sous-titrage MFP.