logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 15h10 sur France 2

capture
– Toutes les traces de vos origines auraient été effacées. Ça fait 30 ans que vous vous battez pour retrouver vos véritables parents. Vous voulez retrouver votre réelle identité. En vain. Toutes les demandes sont classées sans suite. Cette histoire nous a beaucoup C'est incroyable. Pour comprendre, il faut remonter dans les années 70. Vous vivez vos 6 premières années dans un contexte familial compliqué. Vous viviez avec vos parents. Vous dites que c'était une période angoissante, que vos parents semblaient tristes, préoccupés et sous pression. Pourquoi?
– A.Rouairia: Ma mère devait se séparer de mon père parce qu'il était d'origine étrangère. Ma mère était française, de bonne famille. Pour mes grands-parents, leur honneur en dépendait. Mes grands-parents n'aimaient pas la situation. Quand je suis arrivée, j'ai aggravé la situation de mes parents.
– D.Burki: Vous compreniez ce qui se passait? Quels souvenirs avez-vous? Il y a des phrases qui vous reviennent?
– A.Rouairia: Oui, des larmes, des cris, des disputes, des menaces...
capture
– D.Burki: Qui menace qui?
– A.Rouairia: Des hommes en costume qui menacent mon père. Ils lui demandent de dégager. Il se battait pour moi. Ma mère se battait mais ne pouvait pas s'attaquer à ses parents. Le grand-père a orchestré cette situation machiavélique. Il nous enterrait tous les 3 vivants.
– D.Burki: Vous avez un souvenir physique de vos parents?
– A.Rouairia: Oui.
– D.Burki: A quoi ressemblaient-ils?
– A.Rouairia: Mon père était sec, mat de peau, les cheveux longs, On est dans les années 70. Torse nu, pattes d'éléphant... Ma maman était blanche, blonde, avec des mèches plus claires. Elle avait pour habitude de se mettre du crayon vert sur les paupières. Elle parlait très fort. Elle était très dynamique. Mon père, c'était l'opposé, le calme plat.
– D.Burki: Les souvenirs commencent à quel âge?
– Claudia Weill : 4 ans.
capture