logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 15h10 sur France 2

capture
– Vous avez rangé vos portables?
– Caroline Diament : Je ne l'amène jamais sur le plateau.
– D.Burki: N'importe quoi! Qu'est-ce qu'il y a dans son sac?
– S.Gusman: De quoi se faire les mains, des serviettes hygiéniques...
– Isabelle Alonso : Je ne prends jamais le mien sur le plateau.
capture
– D.Burki: Vous êtes un habitué de l'émission. Vous nous aviez présenté votre spectacle "Emmanuel". Vous avez échappé à cette affiche. Ça devait être l'affiche. On reconnaît Prince. En louchant un peu, on y est. On a fouillé vos réseaux sociaux. C'est le thème du jour. C'est pour rendre hommage au film "Selfie". On commence par des photos de vous à l'île de La Réunion, où vous avez grandi. Il est mignon. Aujourd'hui, je ne dis pas,
– Marie Payet : Juste avant le dérapage.
– D.Burki: Ça rigolait trop. Du coup, on vous a mis en pension en Afrique du Sud.
– Caroline Diament : C'est vrai que ce n'est pas loin de l'île de La Réunion. D'ici là, on se dit que c'est une punition.
– D.Burki: Vous faisiez n'importe quoi?
– Marie Payet : J'étais un gentil couillon. Pour ma mère qui était catéchiste, Je suis passé à table sans me laver les mains. Bim, la pension pendant 3 ans!
– D.Burki: Vous avez gardé des amis de ces photos?
– Marie Payet : Tous! Là, c'étaient des week-ends où on avait le droit de sortir. On faisait un peu les cons.
– D.Burki: Ça a l'air bien.
– Marie Payet : A l'époque, on pouvait prendre des coups de bâton. C'est comme dans "Le Cercle des poètes disparus". Les châtiments corporels ont été bannis en 94. C'est l'année où j'ai fini l'école. On a dit qu'on arrêtait de frapper les gamins le jour où j'ai arrêté l'école. Une fois, on a fait le mur. C'est pour ça qu'on a été punis. C'est aussi parce qu'on a fumé, une autre fois.
capture