logo Le moteur de recherche de la télé

Les Pouilles, de Monopoli à Porto Selvaggio

L'Italie vue du ciel


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 15h05 sur France 5

– Art, nature et histoire se mélangent dans cette région où le rouge de la terre se mêle au bleu de la mer. Partons à la découverte des Pouilles et du Salento. La région des Pouilles la taille de la Picardie, et compte 500km de côtes sur la mer Adriatique. Sur ce littoral, les villes portuaires se succèdent. Monopoli, dont le château du 16e siècle, autrefois menaçant, salue aujourd'hui l'arrivée des navigateurs. Derrière lui, la vieille ville a gardé sa structure médiévale. Au centre d'un enchevêtrement de ruelles, se dresse la cathédrale baroque. La côte adriatique vivait autrefois sous la menace des Sarrasins et des brigands, comme en témoignent les dizaines de tours de guet, disposées le long du littoral, au sud de Monopoli. Mais l'histoire de ces lieux remonte plus loin dans le temps, à l'époque de la Grèce antique, quand d'autres villes portuaires pour leur trafic commercial. Elles portaient des noms grecs et étaient citées par Strabon et Pline l'Ancien dans leurs écrits.undefined
Niché entre les plages et les terres cultivées, se trouve le site archéologique d'Egnazia. Le mur d'enceinte de la cité antique court sur 2km. Plus de 40ha de ruines d'une cité vouée à la disparition après la chute de l'Empire romain. Si les villes côtières devaient autrefois être protégées par des murailles, les dangers qui menacent aujourd'hui les côtes sont d'un tout autre genre. Ce sont les milieux naturels qui sont menacés. C'est le cas des écosystèmes du littoral, qui s'étendent au nord de Brindisi, et Torre San Leonardo. Une succession de zones humides, de pinèdes et de dunes qui auraient disparu sans la création du parc naturel régional. Faire cohabiter une nature sauvage et fragile avec la vocation touristique des plages des Pouilles est à la fois un défi et une nécessité économique. Les itinéraires empruntés par les estivants semblent calquer sur ceux de l'Antiquité, quand on pouvait aller de Rome à Brindisi en longeant la mer grâce à la Via Traiana, une dérivation côtière à la Via Appia. La voie construite sous l'empereur Trajan passait près de la ville de Petrolla, ancêtre de Villanova.