logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

capture
– Félix Bollaert : Comment vous l'avez vécu?
– Elodie: Ça a été une horreur.
– Félix Bollaert : C'est votre point commun à tous, cette hospitalisation qu'on vit mal. Même si ça ne se passe pas bien, malgré tout, c'est un déclic dans le fait d'aller mieux.
capture
– Elodie: Oui, d'accord, mais on sort de là-bas avec de gros traumatismes. Après cette aile fermée d'un mois, dans l'aile ouverte, mon hospitalisation a duré 3 mois. Le pire, dans l'aile fermée, c'est qu'on n'a plus droit à rien. On est là, dans une chambre, et vu que certains patients font peur, pas parce qu'ils sont méchants, mais parce qu'on ne sait pas ce qu'ils peuvent faire...
– Félix Bollaert : En même temps, c'est un soulagement pour les familles.
– Dr F.Ferreri: C'est une aide. Dans les pays où il n'y a pas de lieu d'hospitalisation, c'est dramatique. Quand c'est la crise, c'est important d'avoir ces lieux. Pour le côté privation de certaines choses, le téléphone, les appels, dans un 1er temps, il y a besoin de diminuer les stimulations sensorielles et d'être au calme. C'est pour ça qu'il y a ce côté austère, isolant. Ce n'est pas parce qu'on est hospitalisé contre sa volonté qu'on n'a pas le droit de communiquer, d'avoir des visites, mais il y a des règles qui s'imposent.
– Elodie: Quand ça se passe, les parents... Quand on leur dit de faire le papier, il n'est pas expliqué ce qui va se passer pendant l'hospitalisation.
– Félix Bollaert : C'est vrai.
– Dr F.Ferreri: Des fois, on peut avoir des craintes majeures. Quand il y a un trouble du comportement... L'autre point commun, c'est le comportement qui s'est modifié. Les raisons derrière sont très différentes.
Il y a la préoccupation de ne pas de quelque chose d'organique, de ne pas dire que c'est de la psychiatrie alors que c'est une crise d'épilepsie. Il y a, en général, un bilan complet, sanguin, classique, et des fois, une imagerie cérébrale. Ce n'est pas pour faire le diagnostic psychiatrique, mais pour éliminer d'autres causes. Plein de choses peuvent expliquer les troubles du comportement. Ce sont des examens simples. Ça me surprend qu'on nous vous ait pas dit ce que c'était, parce qu'il n'y a rien à cacher.
capture