logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

capture
– C'est ce qui s'est passé. Un jour, je suis arrivée, il avait tout cassé dans la chambre, en miettes... Quand je parlais de force décuplée, je me suis demandé comment il avait fait ça tout seul, sans matériel. Il avait arraché tous les fils électriques de la pièce. Je me suis dit: "Danger!" C'était un immeuble. J'ai appelé tout de suite la personne qui s'occupait de moi au sein de l'Unafam, qui m'a dit qu'il fallait appeler les pompiers et son médecin et qu'on allait faire groupe pour l'emmener aux urgences. C'est ce que j'ai fait. On a appelé les pompiers, qui sont arrivés. J'ai montré la chambre. Quentin était ressorti de sa chambre. Il errait, il partait... Les pompiers ont réussi, avec beaucoup de douceur, et parce qu'il les connaissait puisqu'il les avait fréquentés plus jeune, à le faire monter dans le camion. Ils lui ont expliqué qu'il fallait qu'ils l'emmènent car il y avait danger. J'étais restée à l'écart avec la personne de l'Unafam. Une fois aux urgences, ils l'ont fait entrer. J'attendais et il s'est échappé des urgences.
– Félix Bollaert : Oh là là.
– Lo' l's: Il est très intelligent.
capture
– Anne: J'ai réussi à le faire rattraper par les pompiers qui partaient à ce moment-là. Plein de circonstances ont fait que ça aurait pu ne pas marcher. Ils l'ont rattrapé et il a pu voir un psychiatre qui m'a convoquée. Il m'a dit: "Votre fils est malade." Je crois que je l'aurais embrassé, serré dans mes bras. "Merci. merci "
– Félix Bollaert : Enfin, on mettait des mots.
– Anne: Enfin, on voyait que mon fils était malade, qu'il avait un problème et qu'on allait pouvoir le soigner, le prendre en charge. Ce n'était plus possible. On m'a tendu la feuille pour signer l'hospitalisation à la demande d'un tiers. Je l'ai signée, et pour moi, c'était un sauvetage.
– Félix Bollaert : Il est resté combien de temps à l'hôpital?
– Anne: 6 mois en hôpital fermé. D'où il s'est sauvé, d'ailleurs. Là, il est toujours en hospitalisation obligatoire. Il n'a pas le droit de quitter le centre. Il vit à la maison et il va en centre de jour.
– Félix Bollaert : Vous avez l'impression que votre frère va mieux?
capture