logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

capture
– Félix Bollaert : Qu'est-ce qu'il a fini par faire?
– Anne: Il a continué.
– Félix Bollaert : Il est resté à la maison?
– Anne: Oui, sauf qu'il n'a pas arrêté de faire des bêtises.
– Loi's: Vu que ça continuait, à la maison, il y avait une ambiance très lourde.
Personne ne s'entendait. Je me disputais tout le temps avec ma mère à cause de lui. Il était très manipulateur et ça a été difficile pour moi. Il était très méchant. Il me frappait souvent. Ma mère ne le savait pas.
capture
– Félix Bollaert : Il vous frappait?
– Lo' l's: Oui, tout le temps.
– Félix Bollaert : Vous ne l'avez dit à personne?
– Lo' l's: A ma petite soeur, mais elle vivait la même chose que moi. Avec ma petite soeur, ils avaient la passion des jeux vidéo. Ils étaient souvent ensemble. Moi, j'étais différente. Je lui disais toujours d'arrêter et je lui rentrais dedans. Il n'aimait pas. Un jour, j'ai dit: "Je veux qu'on se dise les choses. Je veux comprendre pourquoi tu ne m'aimes pas, pourquoi tu es méchant avec moi." J'ai voulu faire une réunion de famille pour qu'on se dise les choses, qu'on comprenne. On a discuté. Au final, ça a empiré. Ma mère a posé un ultimatum à mon frère: "On va déménager. Soit tu nous suis et tu respectes les règles, soit tu t'en vas." Il est parti.
– Félix Bollaert : Qu'est-ce que vous avez ressenti?
– Lo' l's: C'est très dur...
– Anne: Ça s'est passé en plusieurs années. C'était crescendo.
– Lo' l's: Le plus dur, pour moi, c'est que je l'aimais et pas lui. Je ne sentais aucun retour. Je ne comprenais pas. Quand il est parti, je me suis dit: "Je vais l'oublier." Et je l'ai oublié. Il n'existait plus. Quand on me demandait si j'avais des frères et des soeurs, je disais que je n'avais qu'une petite soeur. Ça a été dur. Quand il est revenu, ça a été encore plus dur.
– Félix Bollaert : Quand il est revenu, il a dit quoi?
– Anne: Il a dit qu'il voulait retrouver sa famille, l'ambiance familiale, qu'il en avait marre de tout ça... Je lui ai dit qu'il n'y avait pas de souci, qu'il pouvait revenir, mais que les règles n'avaient pas changé. Si ça se passait mal, je ne pouvais pas le garder.
capture