logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h55 sur France 2

– Ils l'ont emmené.
– Félix Bollaert : Il avait fait quoi?
– Anne: Il s'est avéré que c'était lui qui avait pris le véhicule léger.
– Félix Bollaert : Pour faire quoi?
– Anne: Avec 2 autres amis, lui était mineur, ils avaient transporté et fouillé les écoles, ils avaient pris des choses, transporté dans le VSL...
– Félix Bollaert : Mauvaises fréquentations, un peu.
– Anne: Oui, mais pas habituelles pour Quentin. Je n'ai pas compris. Je me suis dit que c'était une erreur de parcours, qu'il avait rencontré quelqu'un qu'il ne fallait pas. Passage de l'adolescence, etc. Je l'ai soutenu. Je me suis dit que ça allait aller. C'est une erreur de parcours et ça peut arriver à tout le monde.
– Félix Bollaert : Vous saviez qu'il filait un mauvais coton?
– Lo' l's: Oui, carj'avais appris qu'il fumait de la drogue, du shit, et qu'il faisait plein de bêtises. Il m'en faisait part.
– Félix Bollaert : Vous n'étiez pas surprise.
– Lo'Is: Non. Je savais qui il fréquentait. Je traînais aussi avec eux. Il m'a un peu engrainée. Je me suis dit que je ne pouvais pas être avec lui. Je ne voulais pas. J'ai stoppé. Je ne l'ai pas dit à ma mère carje ne voulais pas le trahir. Je n'ai jamais eu de relation fraternelle avec lui. Je n'ai pas reçu beaucoup d'amour de sa part, alors je ne voulais pas le trahir. Je voulais qu'il m'aime. Je n'ai rien dit.
– Félix Bollaert : Vous aviez peur de lui?
– Lo' l's: Beaucoup.
– Félix Bollaert : Marine disait qu'elle pouvait avoir peur de Servane.
– Lo' l's: J'ai eu beaucoup peur car il était très violent, très manipulateur. Il faisait beaucoup de chantage affectif, mais pas devant ma mère. Ma mère ne savait pas tout ça.
– Anne: Je ne me suis pas rendu compte de l'évolution. C'est arrivé car il y a eu un passage à l'acte qui a fait que...
– Félix Bollaert : Vous avez fait le choix de vous montrer ferme avec lui?
– Anne: Il avait une éducation... Il y avait des règles... Comme c'était difficile au niveau familial, avec ce qu'il vivait, je m'étais dit: "Bon, c'est un garçon, l'aîné." J'étais perdue. Je me suis dit que j'allais l'emmener voir des professionnels. Il a vu des psychologues, des éducateurs.