logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h05 sur France 5

capture
– Et entretenir notre mémoire. C'est le cas de ce film. On va poursuivre avec une activité culturelle qui va nous emmener dans le monde de la photographie et de la mode, car avant de disparaître en septembre dernier, Peter Lindbergh a laissé un bel album de portraits qu'il a faits pour Dior, à New York. C'est G. Lechat qui nous en parle.
– La recherche de pureté, de vérité et d'authenticité. Voilà comment on peut résumer l'oeuvre du photographe de mode Peter Lindbergh. Mort en septembre dernier, il a remarquablement influencé la photographie de mode.
– Juste avec le noir et blanc, il a coloré le monde.
– Paolo Roversi, photographe, et P. Lindbergh ont toujours été proches. Ils ont commencé ensemble dans les années 70.
capture
– C'était un homme très simple, très intègre. Et donc, forcément, il faisait des photos vraies. Il y avait de la beauté dans ses images car sa beauté était en lui.
– Ensemble, ils ont travaillé pour "Vogue" ou "Marie-Claire". Adepte d'une beauté sans artifices, les photos de Lindbergh sont identifiables en un regard.
– Il produisait énormément. Il a tant travaillé ! Il était toujours enthousiaste. Il voulait faire plus. C'était l'enthousiasme de la vie.
– Elle était maquillée comme une star de ciné.
– Toujours plus excentrique, il travaillait sur ce projet colossal un an avant son décès : photographier les tenues les plus iconiques de Dior avec l'aide de Jérôme Gautier, directeur des éditions de Dior.
– Autant on avait dans l'idée de photographier les modèles à Paris, en France, pour éviter des trop longs voyages, lui : "Non, moi je veux que ce soit dans la jungle de New York, "dans Times Square".
– De cette collaboration est né cet ouvrage. En 4jours, Lindbergh a capturé 70 ans d'histoire, à travers près de 80 modèles. Ici, le génie du photographe allemand frappe le regard.
– Souvent, on reconnaît Peter au fait qu'ily a du mouvement dans ses photos, que ce soit le modèle qui bouge ou autour d'elle. On a rarement un sentiment statique. Dans cette robe de Gianfranco Ferré pour Dior, ça devient presque abstrait. C'est une robe du soir de 1992 et en fait, un coup de ventilateur et c'est une explosion de fleurs.
capture