logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 13h05 sur France 5

capture
– Il m'a donné la vie.
– Il n'était pas facile.
– C'était un génie du cinéma. La chance que j'ai eue d'être regardée par cet homme, ça m'a donné de la force. C. Lelouch aussi, venu au Cours Florent faire une master class...
Claude Sautet... devant les films de Sautet, Lelouch, Chabrol, Truffaut... Ça m'a donné envie de faire du cinéma. "Le dernier métro", "La femme d'à côté", Romy Schneider, Fanny Ardant, Isabelle Huppert, Isabelle Adjani, Catherine Deneuve... Quand t'es à l'école, tu les vois, ça te donne envie de faire du cinéma.
capture
– Des femmes engagées. Vous avez dit : "Je fais ce métier "car c'est extrême " Vous prenez des risques.
– On ne prend pas les risques d'un mec qui pilote ou des médecins... Mais des risques par rapport à soi-même. Les gens disent : "Les actrices, vous n'êtes pas "tant en risque que ça..." C'est pas complètement vrai. Les actrices que j'aime donnent beaucoup d'elles. On est très exposées et on va chercher au fond de soi. Les actrices doivent se mettre en danger intimement. Sans ce danger, si je ne les sens pas basculer à l'écran, cette partie d'elles, infime, qui va être dans quelque chose d'irrationnel, dans la perte de soi, dans le non-contrôle, ça m'intéresse moins. J'aime ça.
– Cette mise en danger, vous la recherchez aussi sur scène. C'est un peu différent car il faut une maîtrise plus complète, mais vous allez sur scène comme dans "Le démon "d'Hannah Arendt", "Les derniers jours de Stefan Zweig", c'est aussi du courage, c'est aussi une volonté de s'exposer, d'aller très loin.
– La dernière fois que j'ai joué, c'était "Natalie Wood", seule, c'était un truc fou. Au risque de me perdre. Je ne peux pas en faire tout le temps, du théâtre. C'est trop difficile. Mais j'admire ça etj'en referai. Il fautjuste trouver le rôle.
– On va écouter la question d'un téléspectateur.
– Elsa, êtes-vous accro aux réseaux sociaux ?
capture