logo Le moteur de recherche de la télé

Télétravail : faut-il le généraliser ?

La quotidienne


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 11h45 sur France 5

capture
– Ça a été étudié comme un plus pour les travailleurs?
– K.Babule: Il n'est ni bon ni mauvais. C'est toujours contextualisé au métier et à l'entreprise. Bien sûr, ily a des avantages, la conciliation de la vie professionnelle et de la vie personnelle, moins de fatigue. Ça peut être vecteur d'une plus grande qualité de vie. Ily a aussi des risques professionnels de surcharge de travail, d'isolement, de distension du lien avec le manager.
– Thomas Isle : Socialement, on se retrouve un peu seul chez soi et ça peut être déprimant?
– K.Babule: Ily a de vrais risques psychosociaux. On peut manquer d'informations et ça peut être préjudiciable pour la carrière. Il faut voir quelles sont les conditions pour que le travail soit de qualité et voir quels sont les critères d'éligibilité.
– M.Lauqué: Ily a quand même des limites au télétravail.
– Fabien Bordu : Bizarrement, ce sont plutôt les cadres dirigeants qui ont ce discours. Ils disent que ça crée des problèmes de motivation, d'isolement, de perte de sens. Ce serait vrai s'il y avait du travail 5 jours sur 7. En France, le management est ainsi fait que quand un cadre... Il a envie d'avoir ses ouailles autour de lui. Voilà ce qui se passe pour les jeunes qui rentrent sur le marché du travail. C'est intéressant d'être encadré, d'aller en réunion. Quand on est un adulte responsable, autonome, qu'on sait ce qu'on a à faire, quand on y a goûté, on ne peut plus s'en passer. On est plus heureux au travail et plus productif.
capture
– K.Babule: 80 % des entreprises disent qu'ily a plus de productivité. La qualité de vie au travail est en première ligne. Ensuite, c'est l'image de l'entreprise, l'évolution des pratiques managériales. la question de l'absentéisme vient bien après les éléments que je viens de citer. Il y a l'amélioration du dialogue social. Sur l'absentéisme, on n'a pas de données.
– M.Lauqué: Question.
– Me M.-H.Bensadoun: Selon le type d'entreprise, vous avez des accords ou des chartes. S'il n'y en a pas, il faut prendre son courage à deux mains et aller voir son employeur pour lui demander de faire du télétravail. En général, c'est un consensus.
– Thomas Isle : On fait une demande écrite?
– Me M.-H.Bensadoun: Ilvaut mieux faire une demande écrite. On peut en parler et le confirmer à l'écrit.
– Thomas Isle : L'employeur peut refuser?
– Gérard Michel : Il peut refuser, mais depuis septembre 2017 et les ordonnances Pénicaud, l'employeur doit motiver son refus. Il faut un élément objectif. Il faut des recours possibles devant le conseil des prud'hommes.
– K.Babule: D'où l'importance des critères d'éligibilité.
– Me M.-H.Bensadoun: on a les mêmes droits que lorsqu'on n'est pas Vous ne percevez pas l'indemnité des repas, par exemple.
– Thomas Isle : Question.
– Me M.-H.Bensadoun: La loi le prévoit. La loi prévoit que les moyens mis à disposition de l'entreprise par le salarié en télétravail doivent être pris en charge.
– M.Lauqué: Ça veut dire payer l'ordinateur
capture