logo Le moteur de recherche de la télé

Amour, gloire et beauté


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 9h30 sur France 2

– Je sais que tu le penses. On l'a senti quand tu as témoigné. Le juge t'écoutait attentivement et je crois que ça a beaucoup influencé son jugement.
– Tu as l'air bien prise dans tes pensées.
– Oh... Rien de plus que les tracas habituels.
– Je te connais, après toutes ces années, Brooke. Je sais quand ça ne va pas.
– Cette histoire de garde a été éprouvante.
– Oui, surtout pour Bill.
– Il vient de se voir retirer la garde partagée de son fils. Ça n'aurait pas dû arriver.
– Waouh ! Il a de la chance d'avoir autant de soutien de ta part. Ça n'affecterait pas ton mariage avec mon père, par hasard ? Je connais déjà la réponse.
– Je n'avais pas réalisé j'appréhendais la décision du juge.
– Tu ne pensais pas obtenir la garde exclusive ?
– Je pensais avoir des chances de gagner, en étant honnête et en jouant la transparence, mais BiIl aurait été capable de soudoyer le juge. Et, pour être sincère, j'aurais pu le comprendre. BiIl aime son fils. Je n'ai jamais remis ça en cause. Je sais ce que moi, je serais prête à faire si je risquais de perdre la garde de mon enfant. Donc, c'est compliqué, pour moi, de me donner bonne conscience, surtout après avoir gagné.
– Tu sembles désolée pour lui.
– Je le suis. C'est plus fort que moi. Je suis heureuse que le juge ait tranché en ma faveur, mais... demander la garde exclusive n'était peut-être pas la bonne décision.
– Si. C'est un très mauvais père.
– Il n'a pas toujours été un mauvais père.
– Faisons-le élire meilleur père de l'année ! Il aurait ses chances. Séduire la femme enceinte de son fils, ce n'est pas rien.
– Ridge ! Je n'essaie pas de le défendre. Je dis qu'il aime notre enfant et qu'il a eu une influence positive sur lui, par le passé.
– Ah oui ? Pourtant, tu disais qu'il l'avait laissé tomber.
– Oui, mais ça n'efface pas toutes les années où il a été présent. C'est avec ça que je me débats. C'est ce que disait Brooke, et elle n'avait peut-être pas tort. J'ai fait ce que je jugeais bon pour mon fils et, compte tenu du fait que BiIl le néglige, j'ai fait ce choix. tout est bien qui finit bien.