logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 9h20 sur France 5

– Est-ce que ça a influencé la suite de votre grossesse?
– Hélène: Déjà, je suis sortie un peu déçue. Je suis allée regarder sur Internet pour savoir à quoi ça ressemblait, un pénis de garçon à 2 mois de grossesse. Je n'ai pas trouvé. J'ai dit à mon mari que je pensais savoir mais il m'a dit que vu ce qu'elle avait répondu, on ne savait pas. On n'avait aucune certitude. La surprise restait la même.
– Agathe Lecaron : Est-ce que les échographies sont vécues différemment?
– Chantal Birman : Elles sont dans la protection. On sait qu'ily a un risque de révélation au moment de l'échographie. Le risque, c'est qu'on annonce une malformation morphologique. Il y a des angoisses apportées par les nouvelles techniques médicales dont on ne peut pas se passer, mais auxquelles il faudrait réfléchir. Ça provoque des discontinuités dans les temps de grossesse. La majorité des femmes se disent: "Si mon enfant est malformé, je vais faire une IMG." Mais on ne connaît pas les répercussions.
– Marie Perarnau : Nous, on a fait la surprise, mais personne n'y croyait.
– Chantal Birman : Avant, avec les formes de ventre, les gens disaient si ça allait être un garçon ou une fille. C'était une façon pour l'entourage d'exister. C'est quand même une histoire très intime, de la femme au bébé et du compagnon. Après, les cercles s'élargissent. Là, d'un seul coup, ily a une existence qui permet de dire des choses de l'ordre de ce qui est dans les récits. Quelque part, le vecteur dynamique de la prédiction, c'est le sort. C'est là qu'on jette des sorts.
– Agathe Lecaron : Qu'est-ce que vous aviez prévu pour l'accouchement? Vous aviez déjà fait un projet de naissance en stipulant que vous ne connaissiez pas le sexe?
– Hélène: On avait écrit un projet de naissance. J'avais écrit que je voulais accoucher sur le côté, que je voulais pouvoir accueillir le bébé et, qu'avec le père, on puisse tous les 2 découvrir le sexe. Ça s'est à peu près passé comme ça. On ne s'est pas trop compris. J'ai regardé, j'ai vu... Je crois que lui a été surpris... Ce n'était pas sa priorité, de savoir le sexe.
– Agathe Lecaron : Qu'est-ce que ça change, à l'accouchement, de ne pas savoir si c'est un garçon ou une fille?