logo Le moteur de recherche de la télé

Le bébé de Jérôme

Mon histoire vraie


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 9h20 sur TF1

– Je ne te reverrai plus ?
– Ça vaut mieux pour nous deux.
– Tu me manqueras beaucoup.
– Pardon, Hélène.
– Non, tu n'étais pas pour moi. Demain, je t'aurai oublié.
– Je sais. Prends soin de toi. Musique triste
– J'étais dévastée. Je savais que je le reverrais jamais. Je ressentais un tel chagrin. Pourtant, je savais qu'il n'était pas fait pour moi. Générique de Mon histoire vraie
– Je m'appelle Hélène, voici mon histoire. Je suis infirmière dans une ville sur le chemin de St-Jacques. On m'appelle souvent pour soigner les petits bobos des pèlerins. Ça me permet de rencontrer des gens passionnants. Mais cette fois-ci, une rencontre allait marquer ma vie.
– Salut, ma belle. Cava?
– Et toi ?
– Oui. C'est calme. On dîne ensemble, vendredi.
– Oui. Je passerai te prendre.
– D'accord. Antoine.
– Voici
– Oui. votre infirmière.
– Bonjou r.
– Vous avez fini ?
– A tout à l'heure.
– Merci d'être passé.
– C'est normal.
– Mon groupe
– Vous comptez repartir ? Si vous me soignez.
– Attendez un peu. Le médecin préconise 8 jours d'immobilisation et vous voulez déjà repartir ? Vous êtes bien optimiste.
– Si on s'arrête à chaque souci, on n'avance pas.
– Il faut se rétablir.
– Massage ?
– Il était séminariste et devait prononcer ses voeux et devenir prêtre dans 2 ans. J'aimais discuter avec des hommes d'Eglise, ils voient le monde autrement. Mais avec Antoine, ça a été différent. Il lisait en moi, c'était troublant.
– Vous n'êtes pas mariée ?
– Non, je préfère être seule. Comme vous.
– Moi, je ne vis pas seul.
– Pardon. C'est vrai. Enfin moi, je suis célibataire et seule. Et je veux plus personne, j'ai bien assez
– Je vous voyais avec des enfants.
– Oui, moi aussi. Des enfants merveilleux, un mari charmant, une maison, des vacances à la plage, et un grand sapin pour Noël. A la place, j'ai eu un homme égoïste, immature, un appart en colocation. Je passe les problèmes de trahison de fric, les mensonges... Pardon, je suis désolée.
– C'est rien. C'est important de laisser sortir la violence qu'on a reçue. Ça apaise. Visiblement, vous avez eu votre lot.
– Oui. Il va me falloir du temps pour la zen attitude et tout ça.