logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 4h55 sur France 5

– Bénédicte Mathieu : Le gouvernement leur donne 3 mois pour trouver 12 milliards.
– César Roux : Ily a un traumatisme
– Bénédicte Mathieu : Ily a 12 milliards à trouver en 3 mois avec un cadre Il n'est pas question de baisser les pensions ni d'augmenter le coût du travail. Entre ces deux-là, ily a plein de nuances de gris. Le plus probable, c'est que les partenaires sociaux, traumatisés par ce qui s'est passé sur l'assurance-chômage, vont réussir à se mettre d'accord. Le patronat dit: "Nous, les cotisations, c'est hors de question. La pénibilité, on ne veut pas en entendre parler." On verra bien. Tout ça nourrit le paritarisme. Même quand on leur donne les clés du camion, ils n'y arrivent pas. Il est possible qu'ils se mettent d'accord sur un cocktail de mesures. Sur les 32 milliards du fonds de retraite, il n'y en a que 16 dont les actifs sont réellement disponibles.
– César Roux : Ce serait une 1re fois? On tape régulièrement dans la caisse?
– Bénédicte Mathieu : A un moment, on a pioché...
– César Roux : A quoi sert cette réserve?
– Bénédicte Mathieu : Elle avait été créée sous Jospin pour équilibrer le système.
– César Roux : Les téléspectateurs se demandent pourquoi on nous bassine avec ça alors qu'ily a une caisse de réserve.
– Bénédicte Mathieu : Il faut qu'on trouve un système pour qu'en 2027, ce soit équilibré, mais en 2028 aussi. Cette réserve ne s'autoalimente pas Par magie. On peut ponctuellement piocher dedans, mais ça ne peut pas être récurrent. Sur la question des cotisations, on peut imaginer une augmentation des cotisations retraite en compensant par la baisse d'autres cotisations, de façon à ce que le coût du travail ne progresse pas.
– César Roux : Ça fait 2 éléments du cocktail. Ily en a d'autres?
– Roland Cayrol : Ily a la CRDS. On peut la maintenir telle quelle. Elle devait disparaître en 2024.
– Bénédicte Mathieu : Ça devait aussi financer le grand plan dépendance qui avait été promis.
– César Roux : On va continuer le tour de table avec vos solutions.
– Roland Cayrol : La CGC propose qu'on diminue les aides proposées par l'épargne-retraite. Ily a 2 problèmes: se sortir de l'impasse actuelle, et si on prend toutes ces mesures, si on ajoute, comme l'a fait le représentant de l'Unsa, les 4 milliards de cotisations que payent les cadres les plus riches, ça rajoute 4 milliards.