logo Le moteur de recherche de la télé

Passage des arts


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 0h55 sur France 5

– Avant d'en parler, on s'est demandé comment serait le monde sans E. Zylberstein.
– Si Elsa Zylberstein n'existait pas, le monde serait: E. Zylberstein est actrice.
– Le plus beau cadeau c'est quand ce que vous avez fait touche les gens.
– E. Zylberstein a grandi à... Très proche de ses parents.
– J'étais plate comme une planche à repasser, je mesurais 1m12.
– E. Zylberstein danse depuis ses 10 ans. Très douée, elle refuse pourtant d'intégrer l'Opéra de Paris.
– Les danseuses ont des carrières courtes. Les actrices, on est comme des bons vins.
– Mais rêve de rejoindre Gene Kelly dans "Chantons sous la pluie".
– C'est un truc qui était en moi mais que je cachais.
– Elle suit la classe de Francis Huster au Cours Florent et l'Actors Studio à New York.
– Petit à petit, on insuffle de la vie, des souvenirs...
– Coup d'éclat au cinéma dans "Van Gogh" de Pialat où elle doit faire de la figuration mais incarne finalement la femme du peintre.
– Je ne suis que silhouette, zut alors !
– Rôle qui lui vaudra le prix Michel-Simon en 1992.
– Je m'en rappellerai toujours.
– Elle est la reine du biopic, interprétant Hannah Arendt, Suzanne Valadon, la femme de Modigliani, la mère d'Ingmar Bergman et bientôt Simone Veil.
– J'aime faire des personnages complexes avec des failles.
– César de la meilleure actrice dans un 2d rôle pour "Ily a longtemps "que je t'aime".
– Vous avez envie depuis des années et cette personne vous dit : "Vous".
– Elle a joué sous la direction de J. Ivory, J. Doillon, R. Ruiz, A. Fontaine, C. Lelouch.
– On aimerait tous voir ce que ça donnerait de sortir de soi.
– En ce mois de janvier, elle joue dans trois films.
– Hors de question de glander.
– Si E. Zylberstein n'existait pas, le monde serait moins...
– Alors, cette enfance dans une famille soudée, une mère catholique et un père juif et on va voir que cette double religion n'est pas sans importance, est-ce que ce sont des souvenirs d'enfance doux ? Une famille unie.
– Oui, c'est un souvenir d'enfance dans une résidence à JWY-en-Josas, très protégée, très feutrée, très... Très repliée sur moi-même.