logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous la suite


diffusion le mardi 14 janvier 2020 à 0h35 sur France 5

– On finançait nous-mêmes nos reportages. On avait le devoir de trouver des reportages ordinaires que les rédactions n'avaient pas trouvés, de les réaliser. On m'a souvent demandé si j'avais peur dans la forêt, au pôle Nord... On avait surtout peur de rater le sujet.
– Pierre Lescure : Ces reportages ont nourri votre 1er roman, "Le Vol des cigognes".
– J.-C.Grangé: C'est un peu normal. Tout le monde le fait. C'est un peu autobiographique. J'ai nourri mon 1er polar avec pas mal de voyages que j'avais faits, surtout des reportages que j'avais faits sur les cigognes. J'avais le sentiment que je devais trouver un thème original. Si j'arrivais à faire un polar à base de cigognes, j'étais seul sur le créneau.
– Pierre Lescure : J'adore votre vision de l'enquêteur. Il est obsessionnel. Vous dites: "Ce que j'aime chez un enquêteur, c'est qu'il ne vit que par son enquête. Il ne mange pas, il ne baise pas. Quand il a 2 heures à tuer, il va se planquer devant la maison du suspect."
– J.-C.Grangé: C'est une sorte de reflet un peu lointain de ma propre vie, de ma passion pour l'écriture. Dans les fictions, dans les livres, dans les séries, quand le flic poursuit un serial killer qui menace tout Paris et qu'il rentre chez lui et que le suspense est de savoir si les enfants ont fait leurs devoirs... Ily a une chute d'intérêt. J'aime les solitaires. Par contre, à la télé... Là, j'ai réussi. Ce sont 2 solitaires qui ont une vie tourmentée, évidemment. Je suis plutôt pour des personnages célibataires. A la télé, on aime bien qu'ily ait un petit fond familial.
– Pierre Lescure : On se connaît un peu, avec Jean-Christophe.
– J.-C.Grangé: J'ai un énorme contraste entre le personnage que je suis dans la vie et ce que j'écris. C'est quasiment une sorte de catharsis que j'écris.
– Mike Ruggieri : On pensait à M.Chattam, qui est un de vos fans. Il explique qu'il séduit sa femme en l'emmenant dans un hôpital psychiatrique. On se demandait si vous étiez sombre à l'image de votre âme ou si vous étiez quelqu'un de lumineux.
– J.-C.Grangé: Pas du tout. C'est mon petitjardin secret.