logo Le moteur de recherche de la télé

Demain nous appartient


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 10h25 sur TF1

– Je veux continuer à le voir.
– Je trouve que tu joues avec le feu.
– Mais non, je t'assure, Antoine et moi... C'est fini. Je suis passée à autre chose.
– Si tu le dis. Vibreur
– C'est encore Marco ? Il me parle d'un passage de mon livre où je décris un tableau de Klimt. C'est drôle, lui aussi se rappelle bien cette toile.
– Vous vous lâchez plus. virtuellement, on va dire.
– Faut dire, il est si spirituel, Le courant passe bien entre nous.
– Tu ne veux pas le rencontrer, cet homme ?
– Non, je préfère que notre relation reste épistolaire. C'est plus simple, c'est... C'est un poil mystérieux. C'est très bien comme ça.
– Je sais pas comment tu fais. Je serais tellement curieuse.
– Et bim, je lui balance mes conditions. Ma mère, elle était ouf.
– Il a dit quoi, Constant ?
– Rien, il a fermé sa gueule. Je m'en fous, je le lâcherai pas.
– T'es sûr de toi ? Ça va pas créer plus de problèmes ?
– J'espère que si. Ils veulent me forcer à vivre avec eux ? Pas de souci. Je vais leur mettre la misère.
– Il y a Charlie.
– Elle revient déjà en cours ?
– Salut. On est désolés pour ton père.
– Merci.
– Comment tu te sens ?
– Je suis à fond,
– Si tu as besoin de parler,
– C'est bon, on n'a pas à faire les meilleurs potes.
– Meuf, pour moi, t'es une pote. T'es la première à m'avoir parlé.
– Tu faisais de la peine, avec ta tête vénère.
– Bah, je venais de perdre mon père, quoi. Je sais ce que tu vis.
– C'est bon. Moi, je gère.
– Bon, vous êtes sympas. Mais j'ai pas envie de faire la victime. Faire pitié, c'est pas mon truc. Pardon.
– Trop fière pour dire que ça va pas. Murmure approbateur
– Mais ça, ça te connaît, non ?
– Ouais.
– Désolée pour le comportement de Jules.
– On savait que la cohabitation serait difficile.
– Il agit en enfant gâté. Il croit que je céderai ses caprices ?
– Tu veux mon avis ? La fibre et tout, il s'en fout. C'est de la provoc, il veut un clash.
– Oui, sûrement.
– On doit pas rentrer là-dedans.
– Ni le laisser faire sa loi. Il doit suivre les règles. Mais on doit rester calmes.
– La fibre, tout ça, on cède pas ?
– On lui dit "non". Il testera nos limites quelque temps.