logo Le moteur de recherche de la télé

Urgences psychiatriques de Lyon : voyage au coeur de la folie

Enquête exclusive


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 0h25 sur M6

– Et vous verrez un médecin. Pour l'instant, on décide pour vous.
– Le patient se laisse faire, mais Lionel est inquiet, car il est comme amnésique, incapable d'expliquer pourquoi il fixait cette porte.
– A ce stade, à part son nom et son prénom, l'équipe soignante ne sait rien de lui. Face à cette nouvelle énigme, une seule solution : contacter l'ensemble des hôpitaux lyonnais pour savoir si le jeune homme a un passif psychiatrique.
– T'as rien ? Je sais pas pourquoi il est là. Trouble du comportement sur la voie publique, mais on en sait rien. J'essaie de glaner des infos pour savoir si quelqu'un le connaît.
– Cinq coups de fil et une demi-heure plus tard, toujours aucune piste. Alors, l'infirmier décide de retourner voir son patient, avec une idée en tête : jouer la corde sensible pour le faire parler.
– C'est l'infirmier. Comment vous vous sentez ?
– Non, ily a pas de sonnette. Donc c'est moi qui viens vous voir. Je me préoccupe de vous.
– Angoissé ? A votre place ?
– Vous aurez bien voulu (musique douce) Vous avez les larmes qui montent.
– C'était votre compagne ?
– C'est elle qui a mis fin à la relation ?
– On a quoi ? Un monsieur qui est très triste d'avoir perdu sa copine.
– Enfin un début de réponse. Mais Lionel n'est pas au bout de ses surprises. Dans le bureau d'à côté, le médecin de garde est au téléphone avec la mère de Nicolas, et elle a une autre explication.
– Des choses vous ont inquiétée chez votre fils récemment?
– Le mystère s'éclaircit. Et le lendemain matin, Lionel va avoir confirmation grâce aux analyses sanguines. Elles montrent la présence de stupéfiants dans le corps de Nicolas.
– Ily en a beaucoup ?
– Des traces. Ça veut dire qu'il en a pas pris beaucoup ou que ça fait quelques jours qu'il en a pris. Il suffit qu'il reste deux-trois jours à l'hôpital, le temps qu'il élimine ces produits, ces stupéfiants, puis on verra comment il est sans.
– Plusieurs heures après son arrivée, le comportement de Nicolas paraît déjà plus adapté. Lionel est lui-même étonné.
– Le type, il est tout calme. On a l'impression qu'il a passé une nuit dans un hôtel de luxe.