logo Le moteur de recherche de la télé

Urgences psychiatriques de Lyon : voyage au coeur de la folie

Enquête exclusive


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 0h25 sur M6

– C'est déjà copieux, ça me va. Merci. Ça va aller. Merci bien, au revoir. C'est une histoire de vie qui... Je sais pas quoi vous... Ça me laisse sans voix. Pourtant, j'en ai entendues, des histoires. Mais j'ai pas tout entendu encore.
– Annick a en fait élevé la fille que son mari a eue lors d'une précédente relation. Mais à la mort de son époux, les services sociaux lui ont repris la garde. Une séparation insoutenable. Pour Lionel, c'est bien une profonde crise psychique qui la paralyse.
– Le problème, c'est pas des malaises. Elle manifeste son mal-être par des malaises, c'est-à-dire qu'elle se jette par terre en mimant un malaise. Elle mime un mal-être. Elle est pas capable de le formuler, donc elle le montre.
– Non. Elle m'a dit que vous faisiez pas de la comédie. Il y a la situation de votre corps, voilà, y a tout ça, et puis, y a la tête aussi.
– Personne a dit que vous étiez folle. Mais on peut dire que vous êtes très triste.
– Annick va finalement être hospitalisée dans un service psychiatrique. Elle est toujours suivie et a beaucoup de difficultés à surmonter ses angoisses. Aujourd'hui, ces souffrances psychiques dues à des accidents de la vie ne sont pas reconnues comme des maladies, mais peuvent briser un individu en 1000 morceaux. Et pour les soignants, les distinguer d'une maladie mentale est parfois un véritable casse-tête. Cet après-midi encore, Lionel va avoir du fil à retordre.
– Il est un peu plus de 18h. Tout le personnel est appelé en renfort pour un patient qui refuse de coopérer.
– Nicolas a été retrouvé par les pompiers comme paralysé devant une porte d'immeuble. Debout, le regard perdu, il la fixait depuis deux heures. Une attitude anormale. Et face aux pompiers, il tenait des propos incohérents.
– Ce qu'on va faire, monsieur, c'est qu'on va vous installer sur le brancard.
– Vu son comportement, Lionel redoute une crise schizophrénique. Alors, pour éviter un débordement violent, il préfère le contenir sans attendre.
– Je vous explique. On va vous accompagner à côté et on va vous mettre en tenue hospitalière.