logo Le moteur de recherche de la télé

Urgences psychiatriques de Lyon : voyage au coeur de la folie

Enquête exclusive


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 0h25 sur M6

– On essaye d'écouter comment ça va ?
– Avant de remettre les bottes, allongez-vous, ce sera plus simple. Y a pas de saignement?
– Vous avez pas de douleurs ?
– La crainte du médecin, ce sont les anxiolytiques qui ont été donnés à la jeune femme. A forte dose, ils peuvent être nocifs
– D'accord. On y va ?
– Sans attendre, le docteur décide d'effectuer une échographie. Même en crise, Jennifer a conscience de la gravité de la situation. Un instinct maternel qui lui fait penser au pire.
– Pour toute l'équipe, c'est un ouf de soulagement. Le bébé est toujours en vie, mais sous l'effet des anxiolytiques, il bouge beaucoup moins.
– Ça passe quand même au niveau du placenta.
– Ily a un risque pour le bébé?
– Ily a des risques à la naissance. Ils peuvent faire des dépressions respiratoires. Donc c'est bien de le savoir. Mais à ce stade-là, y a pas de risque de malformation.
– Pendant quelques instants, paniquée à l'idée de perdre son bébé, la mère de famille a retrouvé ses esprits.undefined
Mais la maladie va une fois de plus reprendre le dessus. Quelques minutes plus tard, dans la salle d'attente des urgences, Jennifer replonge dans la parano' l'a. à l'hôpital psychiatrique, la jeune femme a accouché quelques mois plus tard d'un garçon en bonne santé. Elle devrait rentrer chez elle prochainement, avec une obligation : suivre un traitement au long cours, probablement jusqu'à la fin de sa vie. En France, les maladies comme la schizophrénie et la bipolarité constituent 30 % des consultations en psychiatrie. Le reste des demandes de soins concerne un phénomène en constante augmentation : les crises psychosociales. Dans un monde où règne la course à la performance, ils sont de plus en plus nombreux à pousser la porte des urgences pour des burn-out, des addictions ou encore, des tentatives de suicide. C'est le quotidien des soignants du service psychiatrique de l'hôpital Edouard-Herriot, et aucune journée n'échappe à la règle. Il est un peu plus de 17h. Les infirmiers ont été appelés en urgence sur le parking pour porter secours à une femme d'une trentaine d'années.