logo Le moteur de recherche de la télé

Urgences psychiatriques de Lyon : voyage au coeur de la folie

Enquête exclusive


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 0h25 sur M6

– Trop de monde, c'est pas possible.
– Au Vinatier, Jérôme doit tous les jours faire preuve d'ingéniosité pour accueillir des patients dans des conditions inadaptées.
– Là, c'est fait n'importe comment. Lionel doit s'armer de patience face à des patients aux histoires de vie dramatiques.
– J'en ai entendu, des histoires, mais j'ai pas tout entendu.
– La nuit, Juliétté est confrontée à la précarité et à des malades mentaux parfois en rupture de soins. Elle est souvent désarmée face à eux.
– On fait tous comme on peut avec les moyens qu'on a.
– Qui sont ces hommes et ces femmes qui consacrent leur vie à soigner ces malades psychiatriques ? Comment gèrent-ils les crises ? Et comment font-ils pour pallier le manque de moyens ? (musique douce) A Lyon, l'hôpital Edouard-Herriot est le plus grand centre hospitalier de la région : 4000 professionnels y travaillent quotidiennement.
– Allez-y, entrez.
– C'est au coeur des urgences générales, dans ce petit bureau, qu'est installée l'unité psychiatrique. Neuf médecins et sept infirmiers Parmi eux, ily en a une qui ne passe pas inaperçue : Juliette. A 28 ans, elle est infirmière, et ici, on la repère de loin grâce à son style vestimentaire.
– La blouse rose, j'aurais jamais imaginé, mais en fait, elle a plein d'intérêts. Déjà, les patients... Je suis la seule... Y avait une collègue. Je suis la seule à être en vrai rose bonbon, ça marche bien de dire : "C'est l'infirmière en rose." En plus, c'est... Je sais pas si c'est mon arme contre la violence des patients, mais c'est mieux que noir. Je me dis qu'on me fait moins de mal, je sais pas. Je trouve que c'est con d'agresser une infirmière en rose. Je trouve que ça vaut pas le coup. En fait, c'est ça !
– Pour Juliette, comme pour tous ses collègues, la sécurité est une préoccupation constante. Chaque fois qu'un nouveau malade entre dans ces couloirs, l'infirmière a conscience que le pire peut arriver.
– Vous venez ? On y va... à pied.
– Ce soir, son premier patient s'appelle Benjamin. C'est un jeune homme de 27 ans schizophrène.
– Asseyez-vous, je vais sortir ça.