logo Le moteur de recherche de la télé

Urgences psychiatriques de Lyon : voyage au coeur de la folie

Enquête exclusive


diffusion le lundi 13 janvier 2020 à 0h25 sur M6

– Ce n'est pas la première fois qu'elle vient à l'hôpital, et elle est imprévisible.
– A priori, elle était venue à peu près dans le même état ily a 10 mois environ. C'est probablement un trouble de l'ordre de la psychose, qu'on appelait avant psychose maniaco-dépressive, qu'on appelle trouble bipolaire, et probablement chez elle, avec quand même des choses qui sont aussi de l'ordre, plutôt, du délire.
– Sans attendre, Jérôme et François-Xavier décident de la prendre en entretien.
– On va vous recevoir avec mon collègue infirmier.
– Vous venez ?
– A cause de sa maladie, Brigitte, la patiente de 54 ans, alterne des périodes d'hyperactivité et de dépression.
– Je vous en prie.
– Aujourd'hui, elle est dans un état maniaque, alors les deux hommes restent sur leurs gardes.
– C'est pas le cas. Allons-y. L'objectif de cet entretien est de comprendre l'origine de cette nouvelle crise.
– Allez-y, s'il vous plaît.
– Vous êtes que des pédés.
– Brigitte est en plein délire et l'échange s'annonce difficile. Malgré les risques, Jérôme et François-Xavier gardent la tête froide.
– Pourquoi être en colère comme ça ?
– Un pédé ne sait rien faire.
– Mon cul, tu le connais, d'accord ?
– On va essayer de se calmer, madame ?
– Derrière cette agressivité, beaucoup de souffrance. Alors, pour calmer leur patiente, sans utiliser la force, les deux hommes veulent tenter une ruse. Jérôme décide de détourner la conversation.
– Est-ce que vous avez soif?
– D'accord. Là où vous m'avez trouvée.
– On voulait savoir pourquoi vous étiez ici.
– Mais pas nous.
– Parce que j'ai une solution qui intéresse les pédés...
– On va reprendre...
– ..qui font des femmes des putes ! Et moi, tu vois, mon cul, tu l'as jamais vu.
– Rien n'y fait. Jérôme et François-Xavier mettent un terme à l'entretien.
– Cette fois, les deux hommes n'ont pas d'autre choix : ils vont devoir hospitaliser Brigitte sans son accord, et pour cela, ils doivent lui faire boire un puissant tranquillisant. Pour éviter tout débordement, les deux soignants ont fait appel aux agents de sécurité de l'hôpital. C'est la procédure.