logo Le moteur de recherche de la télé

Comment sortir de l'impasse ?

Vous avez la parole


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 21h10 sur France 2

capture
– Les infirmières, elles doivent porter des charges... Il y a plein de maladies professionnelles... On n'est pas égaux au travail.
– T. Sotto : Vous avez travaillé 10 ans dans des bureaux à France Expliquez-nous en quoi concrètement votre job aujourd'hui est plus pénible au quotidien que celui que vous aviez...
capture
– Déjà, comme je l'ai dit dans le reportage, quand vous partez et que c'est les heures de pointe et que vous en avez pour deux heures, il faut anticiper la pause toilette. Si vous avez soif, tant pis pour vous, si vous avez mal à la tête, même envie de vomir... On est des êtres humains, pas des robots. Quand on commence, on prend le bus et notre bureau, c'est le bus.
– L. Salamé : Vous avez senti dans votre corps la différence entre ces 10 ans dans un bureau et ce que c'est que de conduire un bus...
– Bien sûr, il y a des différences physiques. Il faut s'adapter aux services qui sont directs, il n'y a pas un peu, puis la pause déjeuner, puis un peu... Et surtout, c'est de grosses responsabilités, ce sont des vies humaines qu'on transporte, pas des colis. Ça demande aussi une hygiène de vie, une discipline. Le corps a du mal à s'habituer. Il m'a fallu presque deux ans pour que mon corps accepte ces horaires décalés et cette cadence, et aussi tout ce stress. On subit des agressions, des remarques sexistes carje suis une Et ça c'est quotidien, 7 heures par jour, pendant des années, c'est énorme... Physiquement, ça demande d'une hygiène de vie. Vous parlez des conducteurs à Marseille, n'importe où... Demain, vous nous dites "ils auront comme vous des avantages", on sera contents, bien sûr.
– L. Salamé : Monsieur, vous êtes restaurateur à Paris, vous avez 56 Est-ce que vous comprenez ce que dit Linda, qu'elle fasse grève pour maintenir son régime spécial parce qu'elle explique les difficultés de son métier au quotidien, ou est-ce que vous avez l'impression qu'elle est une privilégiée et qu'elle ne mérite pas un régime spécial?
capture