logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 20h00 sur TF1

– Le sentiment, ce soir, c'est que chacun campe toujours sur ses positions. Difficile de prévoir dans quel état d'esprit vont reprendre les discussions demain à Matignon, où seront reçus une fois de plus les partenaires sociaux chacun à leur tour.
– Gilles Bouleau : La réforme des retraites : enlisement ou dénouement? Ce sera le thème du débat présenté par Julien Arnaud et Adrien Gindre sur LCI. Rendez-vous à 21h, canal 26. C'est un crash dramatique qui a fait 176 victimes hier matin tout près de Téhéran. Depuis, tous les experts en sécurité aérienne s'interrogent: quelle est la cause exacte du drame? Plusieurs médias américains affirment que le Boeing aurait été abattu accidentellement par un missile iranien.
– Ce sont des spécialistes du ministère de la Défense américain qui ont prévenu les médias ici. Ce seraient les Iraniens qui auraient abattu l'avion ukrainien hier à Téhéran. Il s'agirait d'une erreur, un missile ayant été tiré sur ce vol commercial à destination de Kiev. Tout à l'heure, durant une conférence de presse, Donald Trump a dit tout haut ce que pensent depuis hier de nombreux experts.
– Donald Trump : Je trouve ça très suspect et je ne suis pas le seul à trouver cette tragédie très suspecte.
– Les télévisions relaient l'information avec prudence car pour l'instant, il n'y a pas eu de confirmation officielle que c'est bien un missile qui a abattu l'appareil transportant 176 personnes, qui ont toutes trouvé la mort. On verra dans les heures qui viennent si les Américains ont plus d'éléments à Fappuide l'appui de cette thèse. L'appareil avait été en tout cas révisé 48 heures avant le drame et ne présentait aucun problème technique. On sait que les Iraniens ont retrouvé les boîtes noires de l'appareil. S'ils acceptent de les transmettre à des experts indépendants, on saura alors avec certitude ce qui a causé cette tragédie.
– Gilles Bouleau : Sa conférence de presse a été suivie en direct dans une quarantaine de pays. Carlos Ghosn s'est exprimé longuement hier au cours d'une conférence de presse à Beyrouth, après 400 jours passés au Japon en prison, puis en résidence surveillée.