logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 20h00 sur TF1

– Le gouvernement veut obliger les salariés à travailler plus longtemps. 64 ans pour toucher une retraite complète. Ils peuvent s'arrêter plus tôt, à 62 ans, qui reste l'âge légal, mais avec un malus. Une pension moins élevée.
– Ce n'est pas normal. Si je pars à 62 ans, pourquoi je devrais cotiserjusqu'à 64 ans? J'ai commencé à 15 ans à travailler en alternance. Je ne me vois pas travaillerjusqu'à 64 ans.
– Au-delà de 64 ans, c'est un bonus, une pension plus élevée. Impensable pour les syndicats, notamment pour la CFDT de Laurent Berger, qui répète aujourd'hui: "Si l'âge pivot reste dans la loi, c'est non. C'est clair." Comment sortir de cette impassà paraître demain, Figaro à paraître demain, Gérald Darmanin affirme que le gouvernement mise en place d'un Lesquelles? La mise en place d'un âge pivot temporaire? La piste a d'ores et déjà été écartée. Autre solution: décaler dans le temps la mise en application de l'âge pivot. Ce n'est pas impossible. L'exécutif polautre source de trouvent une autre source de financement.
– Le gouvernement a la volonté de faire en sorte qu'on travaille plus longtemps pour avoir une retraite correcte.
– L'urgence pour le gouvernement est de trouver une solution de financement du système des retraites, et ce de manière durable.
– Gilles Bouleau : Bonsoir, Camille Colin. Vous êtes devant l'Hôtel Matignon. C'est sans doute là que sejoue se joue ce projet de réforme des retraites. Avez-vous des informations ou des indices qui laisseraient penser qu'une issue est proche?
– Cathy Colin : Sur le papier, oui. Il existe enfin une version écrite de ce projet de loi sur la réforme des retraites. Une version qui sera transmise dès ce soir aux syndicats. Mais il y a un bémol: cette version est la version initiale, celle de début janvier, dans laquelle sera probablement écrite cette question de l'âge pivot. Les syndicats ne veulent surtout pas avoir mentionné noir sur blanc cela. Ce n'est pas du chantage, mais expliquait tout à l'heure un des représentants syndicaux, c'est une nécessité: faire sauter cet épouvantail de l'âge pivot pour pouvoir reprendre les discussions sereinement.