logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 2h10 sur TF1

– Je sais que je dois m'arrêter. Mais après, c'est de la tentation. Elle est chou. Le prix me fait hésiter. Ça m'embête, mais elle est chou. Celle-ci me plaît beaucoup. Elle est trop belle. Mais elle est plus chère. C'est quand je veux un truc plus cher que ça commence. J'arrive pas à me contenter. Je veux toujours plus. Et celle-ci... Vert, j'ai déjà. En 36... Je sens que je vais la prendre. Mais elle est pas donnée. J'ai appris à ne pas acheter, acheter, et regarder après ce qui me reste.
– Vous ne parfirez pas sans fien ? Sinon, j'y reviendrai plus tard. Si je pars sans, elle va me tourner dans la tête et je reviendrai. C'est parti. J'avais besoin d'une veste.
– Re. Merci.
– La veste. Voilà votre veste.
– Merci à toi.
– Très souvent, après l'achat, Marie regrette et se sent coupable. C'est l'une des souffrances liées à cette addiction. Pour essayer d'y mettre un terme, elle a déjà fait plusieurs cures pour se soigner.
– C'est un sacré truc. Souvent, c'est minimisé. Ça passe inaperçu ou ça passe pour quelque chose de normal. Oui, il achète... Mais quand il y a des sacs et des sacs, ça va. Ça m'est arrivé, au début des achats compulsifs, d'avoir faim. C'est-à-dire que je suis en ville, je ne me maîtrise pas, je fais n'importe quoi. Et, de retour à la maison, on se rend compte qu'on a faim et qu'on n'a pas fait les courses. Il faut réaliser que c'est un problème. Si on est dans la position où on se dit : "C'est pas très grave. Ma famille peut rattraper le coup. Il y a toujours une solution. je demande une avance." Si on est là-dedans, ça va être difficile de traiter. Mais quand on prend conscience que c'est un problème, on se dit qu'il y a un problème. Il y a une petite partie du travail qui est faite.
– En Belgique, Robert, lui, en sait quelque-chose. A l'époque où iljouait beaucoup, sa femme ne s'est rendu compte de rien. Robert lui cachait la vérité.
– Il me faisait croire qu'il gagnait. Je le laissais retourner jouer au casino. Il mettait de l'argent sur la table de nuit. Je PGTISaÎS qu'il gagnait. Jusqu'à ce qu'il me dise qu'il avait vidé le compte épargne.