logo Le moteur de recherche de la télé

Comment sortir de l'impasse ?

Vous avez la parole


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 21h05 sur France 2

capture
–  Et vous vous pensez que tous les gens dans la rue ils sont à l'UNSA, Je ne suis pas syndiquée et je ne suis pas la seule...
– J.-M. Blanquer: En effet, ily a aussi des non-syndiqués dans la Vous renforcez ce que je dis, la grande diversité des situations, tout le monde n'a pas votre point de vue, tout le monde n'a pas le mien non plus... Notre but c'est de faire gagner la France en essayant qu'il n'y ait pas de gagnants ni de perdants...
capture
– L. Salamé : Justement, là-dessus, on écoute Brice Teinturier... Vous avez employé vous-même les mots "gagnant" et "perdant"... A la question "Est-ce qu'avec cette réforme les Français ont l'impression qu'ils sont gagnants ou perdantsî"...
– B. Teinturier : Ce résultat montre bien pourquoi il y a autant de Français qui soutiennent la contestation de la réforme. 50% des Français se projettent comme étant des futurs perdants de ce système et 9% seulement des futurs gagnants. Donc l'une des difficultés majeures du gouvernement c'est qu'il n'est pas parvenu à imposer l'idée que ce système était un progrès individuellement pour chacun.
Ceux qui pensent qu'ils sont des perdants, ils soutiennent à 72% la contestation de cette réforme. Et puis vous pouvez enfin considérer qu'une mesure n'est pas qu'elle est peut-être bonne collectivement... On a posé aussi une question sur l'équité, sur la justice, et 55% des Français pensent que le nouveau système sera moins juste que l'actuel. Les Français considèrent donc que cette réforme ne correspond pas à leurs principaux souhaits d'équité générale et de bénéfice individuel.
– T. Sotto : Jean-Michel Blanquer, on vous rend dans la parole. Vous dites que la réforme va faire gagner la France et les Français, on voit que pour l'instant ce n'est pas la perception qu'ils en ont...
– J.-M.
Blanquer : C'est justement cela qui doit changer. C'est la France qui doit être gagnante. D'abord, le premier des objectifs, c'est de pérenniser le système. Ça aurait été beaucoup plus commode pour le gouvernement de ne rien faire, comme ça a pu se passer autrefois..
capture