logo Le moteur de recherche de la télé

Comment sortir de l'impasse ?

Vous avez la parole


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 21h05 sur France 2

capture
–  T. Sotto : Monsieur le ministre de l'Education, vous êtes
– J.-M. Blanquer: Non, j'essaye d'être pédagogue! Ce que nous voulons, c'est l'égalité entre tous les Français et la pérennité du système.
capture
– L. Salamé : Fabrice Le Saché?
– F. Le Saché : Vous savez, le système universel par points, ce n'est pas les entreprises qui l'ont demandé, ce n'est pas le Medef, Monsieur le ministre le rappelait, c'est plutôt d'ailleurs un syndicat, la CFDT, qui a porté cette idée. Et puis il y a le président de la République qui lors de l'élection a porté une proposition, il a été élu et les entreprises, le Medef, nous, on est républicains et on est profondément démocrates. A partir du moment où le président de la République souhaite mettre en oeuvre son programme, on s'adapte. La seule chose qu'on dit depuis le début, c'est que toute réforme doit être financée! Et que quoi qu'il se passe, on n'échappera pas à une mesure d'âge.
Parce que la démographie est pareille partout en Europe. Et c'est ce que nos voisins ont fait. Il faut financer parce que je ne vous parle pas de 2025, le déficit du régime général l'année dernière, c'est 4 milliards... Alors effectivement la France est un pays riche, mais la France est un pays très endetté également. Alors je ne sais pas combien de temps on va continuer à creuser ce trou, mais il faut qu'on ait une éthique de la responsabilité. Il faut par ailleurs financer, parce que personne ne le dit, mais cette réforme est redistributive. Le minimum à 1.000 euros, la cotisation d'un point à la première heure travaillée, les bonifications pour les femmes enceintes... mais il faut le financer. Et puis il y a des concessions qui sont faites par le gouvernement et on n'a aujourd'hui aucune idée de combien ça va coûter. Quel est le chiffrage?
– L. Salamé : Demandez à ces deux ministres... En gros, vous leur dites que cette réforme n'est pas chiffrée?
– F. Le Saché : Ce n'est pas que sur un plateau télé, ces échanges, on les a quotidiennement... Il faut qu'on se parle et qu'on dialogue.
capture