logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 13h00 sur France 2

capture
– Les policiers ont dû intervenir.
– Des centaines de clients de ce supermarché de Montpellier ont pris d'assaut les caisses et ne veulent pas partir. Dans leur caddie: des téléviseurs géants qu'ils comptent bien acheter à tout petit prix: 40 euros. C'est ce qui est affiché en rayon, rayon rapidement dévalisé à cause du bouche-à-oreille. En réalité, à cause d'un bug informatique, l'étiquetage est erroné. Une virgule est mal placée. Le téléviseur coûte 400 euros. C'est ce qu'on leur réclame à la caisse et le responsable du magasin n'en démord pas.
– Je n'ai pas le droit de vendre des produits à perte. A vous de porter plainte contre le magasin.
capture
– Le ton monte. Le magasin campe sur ses positions. Si le produit n'est pas en promotion, il n'a pas à le brader. Pour ce journaliste spécialisé dans ces cas atypiques, il est dans son bon droit.
– Légalement, c'est le consommateur qui a raison. C'est le prix affiché en gondole qui compte dans les rayons. Là, il y a un décalage. Mais l'erreur est tellement disproportionnée que le consommateur ne peut pas plaider qu'il ne s'en est pas rendu compte. Le distributeur a donc raison.
– 1h du matin. Fin du face-à-face. La police évacue le supermarché et les téléviseurs si convoités.
– M.-S.Lacarrau: Des comparateurs de prix en ligne ont été épinglés pour leur manque de transparence. Une association de consommateurs vient de gagner en justice. Ils vont devoir être plus clairs dans l'affichage de leurs critères, et surtout préciser leurs éventuels liens financiers avec les sociétés dont ils font la promotion.
– Pour trouver un voyage, un fournisseur d'énergie, une assurance ou un micro-ondes, des comparateurs de prix proposent leurs services en ligne. C'est pratique pour les consommateurs.
– Moi qui n'ai pas beaucoup de temps et qui prends généralement au dernier moment, je fais confiance. Je ne prends pas le temps Je regarde le 1er comparateur.
capture