logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 13h00 sur France 2

–  On prend son mal en patience.
– De l'autre, des voies de tram désertes, désormais empruntées
– C'est plus simple et plus rapide pour arriver au travail.
– 36e jour de grève et à Nice, pour être à l'heure ce matin, c'est parfois compliqué.
– J'ai pu prendre le train mais ici, il faut que je monte à l'hôpital à pied. Ça fait déjà bien 3/4 d'heure que je marche et je pense que je ne suis pas arrivée, encore. Il me reste 1 heure 30 de marche.
– En gare, la promesse
– Normalement, je devais avoir un train, mais quand je suis arrivée, il n'y en avait pas. Je dois attendre une heure.
– J'ai dû réduire mon activité, adapter les horaires. C'est harassant.
– Comme un air de déjà vu à Paris. A l'aube, des dizaines de passagers attendent pour tenter de monter dans un bus souvent trop bondé pour pouvoir y entrer.
– Vous pensez que vous allez pouvoir le prendre?
– Je n'en sais rien. Regardez. Ça va s'arrêter. C'est comme ça. Aujourd'hui, je ne sais pas à quelle heure je vais arriver au travail. C'est compliqué. de s'entendre pour penser un peu à nous. Franchement, on en a ras le bol.
– En cette journée de manifestation, le trafic s'arrange légèrement. Beaucoup continuent de soutenir le mouvement.
– Je le soutiens alors que je ne suis pas du tout concernée. Je suis allée faire les manifestations quand j'ai pu. légitime.
– Après plus d'un mois à vivre la grève au quotidien, certains perdent patience.
– Au début, je le comprenais, mais ça dure trop longtemps et ça nous pénalise.
– C'est le 36e jour de grève consécutif, le plus long conflit dans l'histoire de la SNCF.
– M.-S.Lacarrau: Pour mesurer la détermination des cheminots, nous en avons suivi plusieurs ce matin en assemblée générale. Ils sont grévistes depuis le début. Au 36e jour de mobilisation, le mouvement peut-il s'essouffler ou se relancer après les fêtes?
– Des cheminots toujours déterminés.
– Vous voulez reprendre le travail?
– 36e jour de grève et 36e AG ce matin pour les agents de la gare de Lyon, à Paris. On a tous une vie de famille, des charges à payer, mais on ne lâche pas.